icon_user icon_forum icon_facebook icon_twitter icon_send_message icon_rss

Société
fond_titre_article

Vol au chloroforme

De drôles d'individus proposeraient un nouveau parfum et endormiraient leurs victimes sur les parkings des centres commerciaux. Info ou Int'hoax ?

Faux Faux
01/03/2003 Par hoaxbuster
Pertinence
Hoaxbuster_etoile_noire_vide Hoaxbuster_etoile_noire_vide Hoaxbuster_etoile_noire_vide Hoaxbuster_etoile_noire_vide
Le vieux coup de l'endormissement au chloroforme sur les parkings de supermarché revient sur nos écrans en cette rentrée 2013. Pour l'anecdote, notre premier article à ce sujet (il s'agissait d'éther) date de... 2003 !
 
Hé oui... rien de neuf à hoaxland, il s'agit bien d'une vieille légende urbaine. L'anecdote qu'on a entendue (ou lue) des dizaines de fois, le lieu où tout le monde se rend (parking, supermarché), la victime innocente et fraîche comme la rosée du matin… tout est bien en place et cette histoire de chloroforme n'est qu'un hoax de plus.
 
Grâce à David Emery, du site urbanlegends.about.com, on peut tracer l'origine de cette légende. Le 8 novembre, la police de l'Alabama publie un communiqué :

On Monday, November 8, 1999, at approximately 2:30 p.m. Officers from the Third Precinct responded to the World of Wicker, at 3055 Dauphin Street. When the Officers arrived the victim, 54-year-old Bertha Johnson of the 2400 block of St. Stephens Road, advised she was rendered unconscious after smelling an unknown substance. Johnson was approached by an unknown black female, who was described as follows: slim build, 120-130 pounds, 5 feet 7 inches tall and was last seen wearing a Leopard print wrap on her head and large gold loop earrings. The victim told Investigators the incident occurred at the Amsouth Bank at 2326 Saint Stephens Road. After the victim regained consciousness she discovered her property missing from her purse and her vehicle. The MOBILE POLICE DEPARTMENT is advising the public to be on alert for this type of activity.
 
Il y a donc bien eu en 1999 une personne ayant déclaré avoir été agressée après avoir sniffé un produit "inodore". A ce stade, il est utile de préciser qu'aucune trace d'aucun produit quelconque n'a été décelée suite aux examens toxicologiques pratiqués sur la victime. D'autre part, depuis cette fameuse agression, aucune autre plainte de ce type n'a jamais été enregistrée en France ou ailleurs. Bizarre pour une alerte quasi mondiale.
 
Concernant notre chloroforme, le produit est de toute façon beaucoup trop volatil pour pouvoir endormir ou même étourdir une personne à l'air libre et en quelques inspirations. Son odeur n'a rien à voir avec un parfum quelconque et il faudrait être stupide pour accepter d'en respirer plusieurs fois sans se poser de questions. Pour être endormie ou même abrutie, il aurait fallu que la victime accepte ou soit forcée de ne respirer que du chloroforme pendant plusieurs secondes (en plaçant de force un mouchoir imbibé sur le visage de la personne et en le maintenant en place, par exemple) . Ce qui est loin d'être le cas dans cette histoire.
 
On le voit, la légende est née en 1999 et est sans cesse remise au goût du jour selon les villes ou centres commerciaux dans lesquels elle est censée se situer. Ne vous laissez pas endormir par cette histoire à dormir debout et détruisez le message d'alerte.
 

Donnez nous votre avis

hoaxbuster
Rédacteur Hoax
mots-clés : Société - Légende urbaine
0 contribution


Top 10
fond_titre_article