Hoax

Onglets principaux

Démolition contrôlée du WTC

Type :

Désinformation

En circulation depuis :

Janvier 2002

Statut :

Faux
Dynamitage de la conspiration
10 ans déjà que les événements du 11 septembre ont eu lieu. Parmi les rumeurs, celle de la démolition contrôlée des tours jumelles semble la plus tenace.

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Zdenek P. Bazant, membre de l'American Society of Civil Engineers et auteur de plusieurs articles sur le 11 septembre, a publié ses travaux dans des revues scientifiques sérieuses. Il a amicalement accepté que HoaxBuster vulgarise ses articles.

 

Science sans conscience...

 

Bazant expliquait en 2008 que la thèse officielle attribue l'effondrement des Twin Towers (WTC1 et WTC2) au fait que « l'énergie cinétique de l'impact sur la partie inférieure ne peut qu'avoir surpassé la capacité d'absorption de cette partie inférieure », se convertissant dès lors en énergie gravitationnelle tirant les étages vers le bas - suivant un modèle bien connu des ingénieurs.

Diverses observations inexpliquées ont alors été exploitées par des critiques externes pour diffuser des allégations d'usage d'explosifs. Les ingénieurs de structures et chercheurs en structures mécaniques sont quant à eux convaincus par « l'inéluctable effondrement progressif provoqué par la gravité ».

 

8 points-clés ont alors été examinés :

  1. les enregistrements vidéos des premières secondes du mouvement des deux tours
  2. les enregistrements sismiques pour les deux tours
  3. les répartitions de la masse et de la taille des particules de béton pulvérisées
  4. l'énergie requise pour une telle pulvérisation
  5. la large propagation des cendres fines autour de la tour
  6. les fort grondements entendus durant l'effondrement
  7. l'expansion rapide des nuages de cendres durant l'effondrement
  8. la teneur en cendre des nuages qu'impliquaient leurs tailles

 

Et 1, et 2, et 4 - Zéro pour les scientifiques

 

Bazant en arrive à la conclusion que sur tous ces points, la thèse officielle est en concordance avec la réalité.

En revanche, la théorie de la démolition contrôlée est contredite par les faits 1, 2 et 4.

 

Les enregistrements vidéo

Malgré le nuage de cendres et de fumée, il a pu être établi d'après les enregistrements vidéo la courbe de la chute des tours dans le temps pour la confronter aux thèses qui s'opposent : l'officielle et celle de la démolition contrôlée.

En conclusion, la coïncidence entre les faits et la théorie est quasi-parfaite pour la thèse officielle.

En revanche, il est démontré que les tours ne se sont pas effondrées à la vitesse de la chute libre. Or cette hypothèse a été un argument central des critiques soutenant la démolition contrôlée. L'enregistrement vidéo seul suffit à la réfuter.

 

Les enregistrements sismiques

Une constatation similaire peut être faite avec les enregistrements sismiques, qui permettent de comparer la durée de la première phase de l'effondrement des tours (environ 12,59 secondes pour la Tour Nord et 10,09 pour la Tour Sud) avec les durées prévues par chaque théorie.

Si cela concorde avec la thèse officielle (prévoyant 12,81 et 10,47 secondes pour les Tours Nord et Sud), en revanche ces durées sont en contradiction avec des mesures de chute libre (7,74 secondes pour la Tour Nord et 7,11 secondes pour la Tour Sud). Donc, les enregistrements sismiques apparaissent également en contradiction avec l'hypothèse d'une démolition progressive par des explosifs minutés.

 

L'énergie de pulvérisation

Le troisième point-clé est celui de l'énergie requise pour produire la grande quantité de poussière de béton retrouvée sur le sol.

10% seulement de « l'énergie gravitationnelle totale convertie en énergie cinétique » suffit à produire cette poussière. Les conditions requises pour la thèse officielle sont donc remplies.

Avec la théorie de la démolition contrôlée, tout change. En effet, et contrairement à ce qu'on pourrait croire de prime abord, les explosifs sont notoirement inefficaces comme outil de pulvérisation. L'entreprise apparaît d'autant plus irréalisable qu'il aurait fallu forer le béton de chaque étage pour y introduire les explosifs, le tout sans que personne ne se rende compte de rien.

Il y a pourtant eu un article à prétention scientifique pour affirmer que des traces de thermite avaient été découvertes dans les débris du World Trade Center - article abondamment repris par les tenants de la théorie de la démolition contrôlée. L'ennui, c'est que la présence de résidus de thermite a été déduite de celle de soufre, cuivre et zinc détectés dans les échantillons de poussière du World Trade Center. Mais la présence de ces éléments n'a rien de surprenant vu qu'on les trouve dans les cloisons en plâtre, les fils électriques, les plaques d'acier galvanisé, etc... Ce n'est donc aucunement une preuve.

 

Un gratte-ciel ne bascule pas comme un arbre

 

Un autre argument cher aux conspirationnistes : « sans explosifs, les tours auraient dû basculer comme un arbre, pivotant autour de leur base ».

Mais les scientifiques interrogés sur le sujet expliquent que la gravité a été beaucoup plus forte que le pivotement, ce qu'a également confirmé François Chaslin dans l'entretien qu'il nous a accordé.

 

Trop vite, pas assez vite... Faudrait savoir !

 

Bazant complète également ses analyses précédentes par l'examen d'un des arguments récents des tenants de la théorie de la démolition contrôlée.

L'effondrement du World Trade Center aurait été déclenché par l'impact de la chute de la partie supérieure sur l'étage intact d'en-dessous. Au moment de l'impact, la vitesse de la partie supérieure ne peut qu'avoir décru. Le fait qu'aucune baisse de vitesse ne puisse être observé sur les vidéos du début du mouvement du sommet de la tour a été récemment exploité pour affirmer que l'explication de l'effondrement généralement admise par la communauté des mécaniciens en structure était fausse. Cette affirmation apparaît ici comme sans fondement. Les calculs montrent en effet que la baisse de la vitesse est beaucoup trop petite pour être perceptible sur les enregistrements vidéos amateurs et beaucoup plus petite que l'inévitable marge d'erreur de tels enregistrements vidéos.

 

La conclusion est donc sans appel : la théorie de la démolition contrôlée ne tient pas plus la route que les thèses de Meyssan sur le Pentagone. On peut vraiment se demander pourquoi ceux qui y adhèrent sont aussi nombreux sur le Net...

 

Sources :

  • Zdenek P. BAZANT & Yong ZHOU « Why Did the World Trade Center Collapse ? - Simple Analysis », Journal of Engineering Mechanics, janvier 2002
  • Zdenek P. BAZANT, Jia-Liang LE, Frank R. GREENING & David B. BENSON, « What Did and Did Not Cause Collapse of World Trade Center Twin Towers in New York ? », Journal of Engineerings Mechanics, octobre 2008
  • Zdenek P. BAZANT & Jia-Liang LE, « Why the Observed Motion History of World Trade Center Towers Is Smooth », Journal of Engineering Mechanics, janvier 2011
  • Adam D. GALINSKY & Jennifer A. WHITSON & , « Lacking control increases illusory pattern perception », Science n° 322, octobre 2008

Article par

Frédéric - HoaxTeam

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Mise en ligne :

13 Octobre 2011

Dernières mise à jour :

13 Octobre 2011
Average: 2.5 (1018 votes)