Hoax

Onglets principaux

Sac à main

Type :

Mise en garde

En circulation depuis :

Mai 2006

Statut :

Du vrai, du faux
Bactéries embarquées
Une étude sur les sacs à main féminins a eu des résultats dépassant l'imagination : à côté du rouge à lèvres, les pires bactéries se développent...

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Le sac à main est l'accessoire incontournable de la femme moderne. Elle l'emmène partout, il ne doit jamais quitter sa partenaire et doit impérativement refléter l'état d'esprit de celle qui le porte. En gros c'est, dis-moi quel sac à main tu as et je te dirais qui tu es.

Seulement voilà, au-dessous des apparences, l'outil fashion par excellence pourrait s'avérer être un ignoble compagnon, bien plus trash qu'une Amy Winehouse en goguette.

 

Des laitues en sachet aux jacuzzis, la chaîne américaine KUTV s'est fait une spécialité de la traque aux bactéries auxquelles les consommateurs s'exposent sans le savoir. Le public, évidemment intéressé par ces enquêtes, en redemande, c'est pourquoi après un intense brainstorming d'au moins 2 minutes les journalistes ont pensé à étudier... les sacs à mains.

 

Au printemps 2006, Shauna Lake, reporter de KUTV a commandé à Nelson Labs des kits de tests et fait des prélèvements sur une cinquantaine de sacs à mains de personnes volontaires, croisées dans les rues de Salt Lake City. Amy Karen, microbiologiste au Nelson Labs a analysé les prises.

Le reportage qui suivit fut accablant : c'est indéniable, les sacs à mains sont de véritables bombes remplies de bactéries. Or, bien des femmes posant leurs sacs sur la table de la cuisine, une transmission par contact des bactéries jusqu'aux aliments serait possible lors de leur préparation. Conclusion sans appel, un sac à main peut rendre indirectement sa propriétaire ou sa famille très, très malade.

Fort de ses résultats, les scientifiques du Nelson Labs conseillent de désinfecter régulièrement les sacs à mains et, surtout, de ne pas les poser sur les surfaces où nous ne poserions pas nos chaussures.

Diffusée le 21 mai 2006, l'enquête inédite de cette télévision locale a fait le tour du monde via la toile. Kathy Wilets, productrice de KUTV, s'en amuse : "Nous réalisons que l'histoire circule... (...) Je pense que la raison principale de l'intérêt du public pour cette histoire vient de ce que la plupart des femmes transportent un sac à main, et de ce qu'il est courant de les poser au sol, puis sur les tables, bureaux et comptoirs de cuisine. L'énorme quantité de germes trouvés et leur dangerosité est certainement ce qui a le plus marqué les gens".

 

Mais pourquoi le sac à main est-il plus dangereux que le clavier, la poignée de porte des toilettes ou encore notre cher téléphone portable ?

 

"Chez une personne avec une bonne hygiène, le sac à main est généralement [l'accessoire le] plus contaminé" explique Beau Rollins, de Nelson Labs. "Typiquement, les téléphones contiennent plutôt des germes issus de la peau comme les staphylocoques ou les coccidies. Les portes des toilettes sont également riches en bactéries parce qu'elles ne sont pas nettoyées...
C’est leurs matières qui rendent les sacs à mains si sensibles aux bactéries. Les germes vivent plus longtemps sur un sac s’il est en tissu que s’il est en vinyle ou en cuir. Par ailleurs, les sacs à mains ont ces résultats car ils se retrouvent dans de nombreux lieux et environnements".

 

Mais qu'en est-il des quantités impressionantes de bactéries dont parle le reportage ?

 

La chaîne de télévision a autorisé le Nelson Labs à nous communiquer les résultats des analyses (sans que nous ne puissions toutefois les publier). Et oh surprise : dans le document en question, pas un seul résultat positif sur aucun des tests bactériologiques menés. Pour mieux comprendre, nous posons naïvement la question au labo... "KUTV n'a pas payé pour des identifications chiffrées" explique Beau Nelson. Donc, "tout ce qui est confirmé est la présence de bactéries sur les sacs à mains étudiés. Et quand il y a bactéries fécales, il y a possibilité de Salmonelle et e-coli. (...) nous pouvons juste confirmer que des ferments de staphylocoques étaient présents". Ce que confirme Amy karen elle-même : "le test lui-même a cherché des indicateurs de bactérie. (...) Nous avons vu des développements de bactéries, mais pas ceux que le test cherchait spécifiquement".

 

Pour en avoir le coeur net, nous avons montré les différentes analyses à Gwénaëlle Roussey, médecin spécialiste au CHU de Nantes. Sa réponse confirme nos doutes. "La présence de bactéries n'a rien de surprenant. Dès lors que nous ne vivons pas en milieu stérile, il y a forcément des bactéries sur tout ce qui nous entoure, sacs à main compris". Sans données chiffrées, rien ne prouve que mon sac est plus dangereux pour moi que mon roquefort ou mon ipod (qui traine partout lui aussi et va jusque dans mes oreilles) ! La seule vraie solution aurait été de payer pour que le laboratoire pratique une étude plus poussée, ce qui n'a hélas pas été fait...

 

En attendant, j'ai tout de même trouvé un très bon argument pour n’acheter plus que des sacs à mains en cuir (à ce jour, je ne suis pas fan du vinyle), de préférence bien siglés !

 

Sources :

Article par

Cécile - Hoaxteam

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Mise en ligne :

22 Janvier 2008

Dernières mise à jour :

7 Février 2008
Average: 2.7 (3 votes)