Hoax

[Diaporama] Châteaux des syndicats

Type :

Désinformation

En circulation depuis :

Octobre 2014

Statut :

Du vrai, du faux
La vie de château
Ambiguïté ou hypocrisie, les principaux syndicats de travailleurs posséderaient des châteaux vides, alors que les sans abris sont légions dans nos villes ?

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

En ces temps de conflits sociaux, voilà que resurgit un vieux diaporama de Dreuz (datant d'au moins deux ans, mais inspiré d'un article du journal du net datant lui de 2011).
 
Ce diaporama prétend, photos à l'appui, que les syndicats, pourtant censés défendre les intérêts des travailleurs pauvres, possèderaient 14 châteaux avec golfs, piscines, etc. Dans la foulée, il enjoint Cécile Duflot, alors ministre du logement, de réquisitionner ces bâtiments pour y loger les sans-abris...
 
Mais tout cela est-il bien vrai ?
 
- Les syndicats possèdent-ils des châteaux ?
 
La liste est longue. 14 châteaux français, selon le diaporama, ça en fait des biens pour de modestes syndicats...
 
Le château de Fontenay les Briis, le château de la Brévière, le château du Plat, le château Lafaury-Peyraguey, le château de Montreuil, le château de Prêtreville, le château de Ragny, le château de la Bachasse, le château du Vernay, le château de Capelle-en-Pévèle, le château de Sainte-Croix, le château d'Agecroft, le château de Blomard, le château de Vaux, le château de Courcelle sur Yvette, le château de Bierville.
 
Bon, déjà, nos chers désinformateurs ne savent pas compter, ils donnent une liste de 16 châteaux...
 
Alors, ces châteaux appartiennent-ils tous à des syndicats ?
 
La réponse est non : seuls 4 châteaux de cette liste sont vraiment possédés par des syndicats :
 
- Le château de Fontenay les Briis, qui est à la CGT depuis 1937 : il a été acheté grâce à des quotes-parts des syndiqués, puis donné en gestion, sans contrepartie, au Comité d'Entreprise de la RATP.
 
- Le château de la Brévière, qui a été légué à FO après la seconde guerre mondiale.
 
- Le château de Courcelle sur Yvette, qui appartient lui aussi à la CGT (sauf qu'il se trouve à Gif-sur-Yvette, et a été offert au syndicat par le gouvernement d'union après la guerre).
 
- Le château de Bierville, légué à la CFDT en 1947.
 
Tous les autres sont des domaines appartenant à des comités d'entreprise (EDF, SNCF, RATP, GDF-Suez, Banque de France ) et... à la fédération des chasseurs du nord qui possède le château de Montreuil depuis 1999 (auparavant, il était la propriété du CE des PTT, administration dissoute depuis 1991).
 
Le diaporama fait en effet volontairement l'impasse sur la différence entre un syndicat et un comité d'entreprise. Or ça n'a rien à voir, et la loi est bien claire là-dessus : les biens des comités d'entreprise appartiennent à l'entreprise (pas à un syndicat) et sont mis à la disposition du CE.
 
Bon, donc, oui, certains syndicats, les plus anciens, possèdent des propriétés (au nombre de 4, pas de 14) pouvant être qualifiées de « châteaux », léguées ou achetées par les militants aux alentours de la deuxième guerre mondiale.
 
- Les syndicats ont-ils le droit de posséder des châteaux ?
 
Oui, rien ne l’empêche.
 
Un syndicat est une association privée régie par le code du travail, et a le droit, comme n'importe quelle association, de posséder des biens au titre de personne morale.
 
De plus, 3 de ces châteaux ont été offerts aux syndicats en guise de récompense pour les actions de résistance menées par les syndicalistes pendant la guerre, et le dernier, qui constitue la plus ancienne propriété de la CGT (alors appelée TCRP), a été acheté en 1937 par les militants, sûrement encore tout excités par la victoire du Front Populaire...
 
- Où se trouvent ces différents châteaux ?
 
Les 4 châteaux syndicaux sont situés dans l’Essonne, les 12 autres un peu partout en France.
 
- À quoi servent-ils ?
 
Les 4 châteaux syndicaux, sans exception, servent à la formation des syndiqués.
 
- Que valent-ils ?
 
A l'évidence, en parlant de "châteaux", le diaporama cherche à faire imaginer des palais luxueux...
 
Mais sur les 537 châteaux recensés en France, la plupart valent moins qu'une maison sur la côte d'Azur ou au pied des stations de ski.
 
- Est-ce que le gouvernement doit réquisitionner ces bâtiments ?
 
C'est sur ce dernier point qu'insiste le diaporama.
 
Sauf que la réquisition de bâtiment pour le logement de sans-abris est, comme dans tout pays démocratique, régie par des lois - en l’occurrence, l’ordonnance du 11 novembre 1945 qui dit, pour résumer, que le gouvernement a le droit, dans le cadre d'un hébergement d'urgence, de réquisitionner n'importe quel bâtiment d'habitation inoccupé situé dans la commune où sévit la crise du logement.
 
Pour pouvoir être réquistionné pour loger des sans-abris, un bien doit donc remplir 3 conditions :
 
- être à usage d'habitation ;
 
- être inoccupé ;
 
- se situer dans la commune ayant des problèmes à loger les gens.
 
Les 4 (et pas 14) châteaux syndicaux ne remplissant aucune de ces 3 conditions, il est légalement impossible pour l'état de réquisitionner ces bâtiments (transformés en locaux professionnels, actuellement utilisés et situés à des kilomètres d'éventuels sans abris).
 
Au final, ce diaporama ne contient donc qu'un peu de vrai, délayé dans beaucoup de faux et mélangé à une méconnaissance criante de la loi, le tout visant à l'évidence à enflammer les passions en cette période de tension syndicale...
 
 

Article par

Jérôme - Hoaxteam

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Mise en ligne :

17 Juin 2016

Dernières mise à jour :

17 Juin 2016