Hoax

Onglets principaux

Attention à l'advil

Type :

Désinformation

En circulation depuis :

Septembre 2004

Statut :

Du vrai, du faux
Le vil Advil
Quand la fièvre monte... la faire descendre à coup d'ibuprofène [Advil] serait dangereux pour la santé. Sage conseil ou vieux canular ?

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Alors que l'on nous vante des remèdes tous plus miraculeux les uns que les autres pour éviter la grippe A, voilà qu'un message nous alerte sur le danger de l'Advil (Ibuproféne) pour soigner les symptômes grippaux. On évoque un décès suspect et on nous invite à éviter l'Ibuprofène comme antipyrétique - un médecin de famille venant confirmer le tout.

 

Une infirmière décédée à cause de l'Advil ?

D'après le message, une infirmière de l'hôpital de Pau serait morte suite à la prise d'Advil pour calmer sa fièvre due à la grippe A. Or aucune infirmière n'est morte de la grippe H1N1 à l'hôpital de Pau. Une infirmière y est bien soignée pour des complications liées à la grippe, mais bien qu'elle ait pris de l'Advil, la molécule n'est aucunement suspectée de quoi que ce soit pour le moment. Nous voila donc avec un hoax en bonne et dûe forme, ça commence mal.

 

Faut-il avoir peur de l'Advil malgré tout ?

Advil est le nom d'un médicament analgésiqueet antipyrétique fabriqué par les laboratoires Wyeth Santé Familiale, dont le principe actif est l'Ibuprofène. Cette molécule est aussi utilisée par d'autres laboratoires notamment Reckitt Benckiser HealthCare pour son Nurofen ou encore sous formes génériques. On peut, dès lors, se demander pourquoi ce message ne vise que l'Advil.

 

Ce médicament, tout comme ses concurrents, est préconisé dans le cadre du traitement des migraines, des douleurs et de la grippe sans précision sur la nature de celle-ci. Mieux, son utilisation est conseillée par les autorités de santé dans le cadre de la pandémie actuelle, même s'il est placé en deuxième position après le Paracétamol à cause de ses nombreux effets secondaires, notamment sur l'estomac. L'Advil n'est donc pas un médicament dangereux, même si (comme tout médicament) il est préférable d'obtenir l'avis d'un professionnel (médecin ou pharmacien) avant d'en administrer.

 

Pourquoi nous pousser à utiliser du Paracétamol ?

Il faut bien avoir à l'esprit que les deux médicaments n'ont pas le même rôle ni la même action. 

 

Le Paracétamol est un antipyrétique et analgésiqueléger dépourvu d'action anti-inflammatoire. Il possède peu d'effets secondaires et reste le médicament le plus utilisé en France. Il est donc totalement indiqué pour traiter la fièvre due à la grippe (A ou non d'ailleurs).

 

L' Ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien, analgésique et antipyrètique, destiné principalement à traiter non pas la fièvre mais les inflammations. Son utilisation comme antipyrétique n'est donc pas sa fonction première, bien qu'il soit souvent utilisé comme tel. Et son usage est à éviter absolument pour le traitement de la varicelle chez l'enfant. C'est sans doute là l'origine de cette rumeur, déjà rencontrée sur HoaxBuster sous une autre forme en... 2004 !

 

Une partie de ce message n'est donc pas entièrement fausse : il est généralement conseillé d'utiliser du Paracétamol à la place de l'Ibuprofène pour faire baisser la fièvre du petit dernier à partir du moment où c'est sa fonction principale et que les effets secondaires sont moins importants. Il s'agit de la recommandation officielle des autorités lors de cette pandémie, et un médecin consciencieux n'ira jamais contre elle sans de bonnes raisons... Qu'il se fera un plaisir de vous expliquer si vous lui posez la question, n'en doutons pas.

 

Alors que conclure ? Que l'on se trouve une fois de plus face un hoax mêlant le vrai et le faux. Si le Paracétamol est bien à préférer lors d'un épisode fiévreux, et c'est ce qu'il y aurait à retenir de ce message, l'Ibuprofène n'est pas non plus une molécule tueuse comme on veut nous le  laisser croire. Il pourrait même être très utile en cas d'allergies ou pénurie  de Paracétamol.

Pour finir, cette règle de bon sens : il est essentiel de toujours parler de son traitement avec son médecin, ou au moins avec son pharmacien,  pour éviter une automédication parfois désastreuse.

Article par

Sébastien - Hoaxteam

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Mise en ligne :

28 Septembre 2011

Dernières mise à jour :

28 Septembre 2011
Average: 3.5 (11 votes)