Forums

mariage franco-marocain

Onglets principaux

Bookmark and Share
17 contributions / 0 nouveau(x)
Dernier message
mariage franco-marocain

Rien trouvé sur le site.
Je sais que le début est vrai. Mais j'ai des doutes sur ce qui s'est passé au Maroc.

"Les mairies françaises refusent le mariage civil d’un Français avec une
Marocaine s’il ne s’est pas converti à l’islam.

Quand Frédéric Gilbert, journaliste télé, a voulu épouser sa compagne
marocaine et mère de son enfant, il était loin d’imaginer le délire administratif
qui l’attendait.

Après avoir retiré un dossier de demande de mariage à la mairie
d’Aubervilliers, il découvre, parmi la paperasserie habituelle, un document
énigmatique, intitulé «certificat de coutume». Une pièce à se procurer auprès
du consulat du Maroc, que «tous les couples franco-marocains nous
fournissent, tous les jours», lui explique l’officier d’état civil. Confiant, Frédéric
Gilbert se rend donc au consulat, où il apprend, éberlué, que l’obtention de
ce très anodin «certificat de coutume» est en fait conditionnée à une petite
formalité : la fourniture d’un «Acte de conversion à l’islam».

Refusant catégoriquement de se soumettre à cette conversion express, le
mécréant repart dare-dare vers la mairie républicaine et laïque d’Aubervilliers.
Et là, figé sur place, il s’entend délivrer un verdict administratif sans appel:
pas de mariage civil sans certificat de coutume! …Sans conversion à l’islam,
donc.

Sous le choc, le postulant au mariage épluche le Code civil et découvre que
ce certificat de coutume n’est en rien une obligation. Il peut éventuellement
servir à vérifier l’état de célibat d’une personne étrangère si, comme il arrive
dans certains pays, les mariages et les divorces ne sont pas inscrits en
marge de l’acte de naissance. Un cas de figure qui, en l’occurrence, ne le
concerne en rien, puisque sa future épouse est en possession d’un certificat
officiel de célibat.

Mais non, l’affaire est entendue, l’officier d’état civil de la mairie d’Aubervilliers
reste inflexible. Frédéric Gilbert doit arrêter d’emmerder le monde: «Vous
n’avez qu’à faire semblant comme les autres, et devenir musulman sur le
papier, mais pas pratiquant.»

Incrédule, Frédéric Gilbert se renseigne auprès de plusieurs mairies. Même
réponse. «Autrement dit, la loi marocaine prévaut sur la loi française! Et c’est
la même chose avec la Tunisie, l’Algérie et l’Égypte.»

En poursuivant son enquête, il découvre alors avec effarement que tous ses
copains mariés à des musulmanes sont devenus musulmans «sur le papier».

C’est si simple! Une conversion se fait dans n’importe quelle mosquée en trois
minutes. Il suffit de prononcer «avec conviction et avec cœur» cette phrase:
«Je reconnais qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète»,
et l’imam décide que vous êtes devenu musulman.
«Si j’étais raisonnable, c’est ce que je ferais, s’énerve Frédéric. On n’aurait
plus de problèmes avec l’administration française ou marocaine. Et je boirais
de l’alcool et boufferais du cochon dix fois plus que d’habitude pour montrer
mon indépendance.»
Mais Frédéric n’est pas raisonnable. Profondément de gauche, il n’a rien
contre l’islam et respecte la foi de sa femme. «Mais je n’ai jamais été
musulman, ni catholique, ni juif, ni d’aucune religion, et je n’ai pas envie de
l’être.» Et, vu son histoire personnelle, ça n’est pas près de changer.
«Je suis fils de curé, mon père a été excommunié, il est devenu professeur
de lettres classiques dans des lycées républicains, il a brandi bien haut la
laïcité et m’a élevé dans cet esprit-là. Je n’ai aucun lien avec la religion et
ce n’est pas demain qu’on va m’imposer de devenir musulman contre mon
gré!» Malgré tous les problèmes que ça peut lui causer au Maroc et qu’il
connaît déjà par cœur…

Les maires français plus royalistes que le roi du Maroc
«Quand ma compagne a accouché à l’hôpital de Casablanca, de
jumelles prématurées, les petites sont restées dix-huit heures sans
qu’on daigne leur donner les premiers soins, parce que c’étaient les filles
d’une mère célibataire et d’un mécréant. Elles n’ont pas été intubées, pas
de couveuse, on ne les a pas mises au chaud…»

Face à cet abandon, le couple se démène pour trouver une clinique privée
qui accepte de les prendre en charge, à 500 euros la journée. «Finalement,
l’une des deux petites est morte au bout de quatre jours. Mais je n’ai pas pu
faire le deuil de ma fille, parce que, en tant que non-musulman, je n’ai pas
eu le droit d’aller au cimetière…»

Au moment de déclarer leur deuxième fille, nouveau choc: «On a refusé que
je le fasse parce que je ne suis pas marié et pas musulman.» Le consulat
de France leur conseille alors une tactique assez courante: la maman
déclare que l’enfant est né de père inconnu auprès des autorités marocaines.
Le nom de la mère n’étant pas transmissible, on lui donnera un prénom,
assorti d’un X et Frédéric n’aura plus qu’à se rendre au consulat de France
pour reconnaître sa fille, qui deviendra française.

Sauf que le jour où la fiche d’état civil leur est remise, le couple découvre
qu’on a changé le prénom de leur fille et qu’on lui a attribué un père,
dénommé Abdula Mossaid. D’où sort ce père inconnu? Nul ne le sait.
«Je pense qu’on l’a inventé parce qu’il fallait un père musulman pour que
la petite soit musulmane. Donc, ma fille était devenue la fille d’un autre.»

Retour furibard de Frédéric au service d’état civil marocain: «Bonjour, je
m’appelle Frédéric Gilbert, mais visiblement mes couilles s’appellent Abdula
Mossaid!» La bataille durera quatre jours.
«Tout s’est terminé dans le bureau du préfet à qui j’ai failli casser la gueule
quand il m’a dit, en désignant la maman de mon bébé: «Je vous comprends,
mais tout ça, c’est à cause de cette pute et c’est elle que je vais mettre en
prison.» N’oublions pas qu’au Maroc toute relation hors mariage est un délit.»

Finalement, Frédéric réussit à avoir gain de cause.

Aux dernières nouvelles, un élu d’Aubervilliers leur a fait savoir que le
dossier serait étudié «étape par étape» par le service juridique de la mairie.

Frédéric ne lâche rien. «Juridiquement, il n’y a rien à changer, il y a juste à
dire aux maires : arrêtez vos conneries. J’ai réussi à être le père de ma fille,
ce n’est quand même pas une Mairie "française" qui va m’empêcher d’être
le mari de ma femme!»

L'histoire du mariage de Frédéric Gilbert date de janvier 2012.
Voici quelques articles de presse qui ont parlé de ce fameux mariage :
http://www.lepoint.fr/societe/pour-se-marier-a-une-marocaine-un-francais...
http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/aubervilliers-le-marie-ref...

Il existe pourtant une convention entre la République Française et le Royaume du Maroc relative au statut des personnes et de la famille et à la coopération judiciaire du 10/08/1981 (http://goo.gl/iKwXe
et sur Légifrance http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT0000008580... même si celle-ci semble ignorer certains points : http://www.senat.fr/questions/base/1995/qSEQ950611399.html

S'agissant de la partie se déroulant au Maroc, pour laquelle tu doutes, je n'ai rien trouvé sur des sites sérieux. ET je doute qu'un préfet emploie les termes qu'on lui attribue dans le cadre de ses fonctions.

Quant au dernier paragraphe, on se demande pourquoi les maires français sont mis en cause si "Juridiquement, il n’y a rien à changer" (sic). C'est n'importe quoi.

Si j'ai bien compris, tout le problème de ce monsieur venait de ce qu'il voulait faire reconnaître son mariage au Maroc. Pour un mariage valable uniquement sur le sol français, il n'aurait pas eu de soucis...

Bonjour,

Si ce n'est pas de la désinformation (de l'agit-prop comme on disait dans ma jeunesse), c'est quoi ?

Lisons le mail : on y comprend qu'un citoyen français (dont la religion ou absence de religion n'a aucune importance aux yeux de la loi française) s'est présenté à la mairie d'AUBERVILLIERS pour se marier A AUBERVILLIERS (donc sous le régime de la loi française) à une marocaine musulmane. Et on nous laisse entendre que la mairie d'AUBERVILLIERS a refusé de célébrer le mariage tant que le Français athée ne se serait pas converti à l'islam.

Lisons la convention franco-marocaine dont Keila nous fournit le lien : elle est claire : si le mariage est célébré EN FRANCE, c'est la loi FRANCAISE qui s'applique. Point. La religion des époux n'entre donc pas en ligne de compte.
Si le mariage est célébré AU MAROC, c'est la loi MAROCAINE qui s'applique et cette loi, que je ne connais pas, exige probablement que les époux soient tous deux musulmans. Mais cette loi ne s'applique qu'au MAROC.

Lisons l'article du Point dont Keila nous donne le lien : on y voit que la conversion à l'islam n'est en aucun cas exigée par la mairie française d'AUBERVILLIERS (qui n'en aurait d'ailleurs pas le droit : principe de laïcité oblige) pour célébrer le mariage sur le territoire français. On y apprend par contre que l'époux, apparemment marié légalement sur le territoire national français avec sa chère et tendre veut faire reconnaître son mariage au MAROC.

Ce sont les autorités marocaines qui demandent, ce qui est tout à fait légal, un justificatif du mariage célébré en FRANCE. Elles demandent en outre, pour que le mariage soit reconnu au MAROC, un certificat de conversion à l'islam du non-musulman. Il va de soi que la mairie ne peut en aucun cas délivrer ce genre de certificat, et ce quelle que soit la religion concernée. En FRANCE, seule une autorité religieuse peut éventuellement délivrer ce genre de document.

La convention franco-marocaine de 1981 soumettant la validité du mariage sur le territoire de chaque état au respect de la loi locale, il n'est pas étonnant qu'un pays dont le souverain porte le titre de Commandeur des Croyants (musulmans), appliquant le droit musulman, veuille que chaque époux soit musulman (au moins "sur le papier") avant de reconnaître le mariage sur son sol.

A titre de comparaison : la loi française actuelle prohibe le mariage homosexuel. Or ce mariage est autorisé dans plusieurs pays dont, par exemple l'ESPAGNE. Un couple homosexuel, marié légalement en ESPAGNE, ne peut pas à ce jour faire valoir son mariage en FRANCE, celui-ci étant illégal au yeux de la loi française.

En résumé, contrairement à ce que laisse entendre l'interprétation plus que tendancieuse donnée par le mail initial : toute personne en situation régulière peut se marier dans une mairie française (sous réserve des empêchements habituels : âge, mariage précédent non dissous, lien de parenté, tutelle), quelle que soit sa religion ou absence de religion et sans avoir à en justifier. Son mariage sera légal en FRANCE et dans tous les pays qui reconnaissent comme valides les mariages célébrés en FRANCE selon la loi française.

@+
Michel

Oui, c'est bien ça Frédéric.

Et la question d'Hirondelle porte plus précisément sur ce qui se serait passé au Maroc (la partie avec les filles jumelles prématurées)

Voilà, c'est bien ça ;-)
Le mariage en France a bien été célébré, quand le maire de la commune est rentré de vacances et a tapé sur la table vis-à-vis de l'employé d'état civil trop exigeant.

C'est bien la partie avec les bébés, la manière dont ça serait passé, l'enfant portant un autre nom, etc, qui me paraît douteuse.
Le problème si c'est faux, c'est que ça commence à bien circuler. Je l'avais déjà reçu deux fois quand une connaissance m'a demandé mon avis sur le sujet parce qu'une autre personne s'inquiétait auprès de lui de savoir si c'était vrai (un belge, donc lois parfois différentes)
Et si c'est faux, c'est encore une intox islamophobe...

Effectivement, je crois qu'on tient encore une belle intox islamophobe.

D'après l'article du point, le couple avait déjà une petite fille au moment de son mariage. Nulle part il est question de filles jumelles dont l'une serait décédée.

Toujours selon cet article, il n'est pas non plus précisé dans quel pays cet enfant serait né. Donc nous n'avons aucune certitude sur ce point.

Dans tous les cas, il s'agit d'un enfant né hors (avant) mariage.

(et qui, sauf erreur de ma part, se trouve légitimé en France au moment du mariage de ses parents http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=41E6C0F023BE7DB58...)

Dans l'hypothèse où l'enfant est née au Maroc, ses parents n'étant pas -encore- mariés, sauf erreur de ma part, elle est considérée comme née de père inconnu vis à vis de la loi marocaine.
Voici ce que j'ai trouvé : http://www.service-public.ma/web/guest/diffus?p_p_id=mmspservicepublicdi...

et pour le nom : http://www.service-public.ma/web/guest/diffus?p_p_id=mmspservicepublicdi...

nulle part il est dit qu'on imposera un père ou un nom sorti d'on ne sait où à cet enfant.

C'est tout ce que j'ai trouvé pour le moment.

Exact, au regard de la loi française, un enfant né hors mariage est automatiquement légitimé lors du mariage, si sa filiation est établie à l'égard des deux. Cette filiation pouvant être établie le jour-même du mariage, par la reconnaissance par le père si l'enfant était de père inconnu au moment de sa naissance.
Le nom qu'il portera est choisi au moment du mariage, en sachant que tous les enfants de la même fratrie devront avoir le même.
Lois actuelles, bien sûr.

En France toujours, il n'y a pas si longtemps, n'importe qui pouvait se présenter dans une mairie pour reconnaître un enfant de père inconnu, sans même que la mère en soit prévenue. Le nom ne changeait pas, l'enfant portant le nom de celui de ses parents qui l'avait reconnu le premier. Elle l'apprenait par hasard, quand elle demandait un acte de naissance de l'enfant.
Ça a enfin été un peu modifié, mais pas encore assez. C'est jusqu'aux 18 ans de l'enfant qu'il faudrait l'accord de la mère.

En France toujours, au 19e siècle, un enfant naturel et de père inconnu pouvait se voir affubler d'un nom sorti de l'imaginaire de l'employé d'état civil, comme les enfants abandonnés.

Au Maroc, là, je ne sais pas.

Voilà ce que c'est de répondre depuis le bureau : j'ai été dérangé plusieurs fois et du coup la réponse de Frédéric est passée bien avant la mienne. Et en plus tu as été beaucoup plus concis.
;-)

@+
Michel

Juste une petite rectification sur la traduction de la phrase que le "mécréant" doit prononcer pour se convertir, car celle qui est fournie dans le document est polémique.

La première partie est "Dieu seul est Dieu", puisque le mot Allah signifie "Dieu". Lors d'une discussion avec un "bon musulman", je lui avais fait remarquer qu'un chrétien pouvait prononcer, sans soucis, cette phrase puisqu'elle reprend le "Credo in unum Deum" des anciennes messes en latin.

La deuxième partie m'avait été traduite par mon interlocuteur comme "Et Mohamed est le dernier des prophètes". Il m'avait ensuite expliqué que l'Islam reconnait les prophètes antérieurs, dont "Issa ben Myriam" qui est le Jésus des chrétiens. Seulement, pour les musulmans, ce n'est qu'un des prophètes antérieurs, Mohamed étant celui qui a apporté "toute la vérité".

Mes connaissances en théologie étant assez limitées, nous avions laissé là le sujet religieux.

Et pour ce qui est du mariage civil, mon expérience d'ancien "officier d'état-civil", ayant célébré 4 mariages dans sa carrière, m'a appris que c'est le prêtre qui doit s'assurer que le mariage civil a été célébré avant de pouvoir célébrer le mariage religieux et non l'inverse.

Bon, je vais essayer d'éclaircir la partie marocaine en contactant par exemple l'hôpital de Casablanca, et je vais essayer de voir si je peux aussi contacter Frédéric Gilbert, et peut-être aussi la mairie d'Aubervilliers...

C'est ma foi vrai que la personne concernée est peut-être une des mieux placées pour savoir ;-)
Le Maroc pour le Maroc aussi.

Par contre, Aubervilliers, c'est apparemment un employé qui a voulu faire du zèle sans vraiment savoir. Ça s'est résolu au retour du maire.
Mais il faudrait peut-être penser à informer un peu mieux les employés, pour éviter ce genre de dérive...

Pour info, d'après le Consulat de France, la partie marocaine est plus que douteuse, au moins concernant la déclaration des naissances.

Un enfant né d'un parent français peut en effet être déclaré auprès du consulat plutôt qu'à l'Etat-Civil marocain, et une reconnaissance anticipée est possible.

Il y a donc très peu de chance pour que M Gilbert ait reçu de la part de fonctionnaires français le conseil de déclarer l'enfant né de père inconnu...

Ajoutez à ça les approximations relevées dans la partie française par Chatchef, et vous comprendrez que l'auteur de ce texte ne sait visiblement pas de quoi il parle...

C'est à peu près ce que je pensais du message.
On prend un bug quelque part, on brode autour, on en rajoute, et voilà une jolie intox islamophobe.

Ça commence à se transmettre par mails. Personnellement, je l'ai reçu deux fois déjà.
Pour l'instant, je garde le lien du fil sur le forum, il me servira de réponse à l'avenir.
A moins qu'il n'y ait un jour un lien direct en tant que hoax.

kami
Portrait de Anonyme

monsieur
pour commencer je vous félicite pour votre courage
je vis avec une personne depuis presque 4 ans et il y a 7 mois on a eu une adorable petite fille au tout début de ma grossesse on voulait se marier mais on a rencontre les meme probleme que vous mais vraiment les meme car lui c un français et moi je ss une marocaine mnt j ai laissée tomber le mariage mais je veux tt de meme présenter ma fille a ses grands parents au Maroc mais j ai peur de partir seule la bas car je risque la prison j ai peur pour ma fille aussi c horrible

Bonjour Kami,
as-tu lu tout le sujet et regardé sur quel site tu te trouvais ? Car le but ici est de discuter de la véracité de cette info qui circule par e-mail.
M. Gilbert n'a pas publié ici, c'est uniquement une reproduction du message original.

Par contre, quelqu'un connaît-il une association ou autre qui pourrait être de bon conseil pour Kami ?

En même temps, je ne vois pas bien qui pourrait la conseiller.

Si elle risque la prison si elle se rend au Maroc (pour une raison X ou Y, je suppose qu'elle est réfugiée politique), le mieux est de ne pas y aller et de faire plutôt venir les grand-parents de sa fille.

Je donne quand même le site de référence :

http://www.ofpra.gouv.fr

Notez que rien ne l'empêche normalement de se marier en France, si cela lui importe peu que son mariage soit reconnu par la loi marocaine.

Mais bon, là, on est carrément HS, et vu qu'on a assez d'éléments pour trouver douteux le texte d'origine, et que mes tentatives de contact n'ont pas ramené plus d'infos, je suggère de clore là cette discussion.

Sujet verrouillé