Forums

danger du soutien-gorge (cancer)

Onglets principaux

Bookmark and Share
35 contributions / 0 nouveau(x)
Dernier message
danger du soutien-gorge (cancer)

ce truc circule sur FB (quelle mine FB ...) :

https://docs.google.com/present/view?id=0AX98V4F8xPbvZHJnaGs0d18xZDZmdHA...

le discours médical a l'air sensé mais bon, je me méfie ...

Et tu as raison, vero :

http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=fact-or-fiction-underwi...

http://www.newsdigest24.com/content/content.php?article_id=858

En clair, c'est une légende urbaine bien connue des médecins.

(Heureusement, d'ailleurs, tout le monde n'est pas Kim Novak.)

Pour être plus précis : le port du soutien-gorge ne donne pas le cancer, c'est ça la légende urbaine.

Quant à son influence sur la fermeté de seins, il semblerait que le professeur cité dans le diaporama (Jean-Denis Rouillon) ait bien mené des enquêtes sur le sujet. Je vais le contacter pour en savoir plus.

ok merci
tu nous diras ce que ca a donné ?

question HS : vous faites des articles a partir de certains posts du forum ?

Oui aux deux questions.

Le forum est même une de nos sources principales d'information, c'est rare qu'un hoax ne s'y retrouve pas...

Sinon, on trouve une ITW de Jean-Denis Rouillon ici :

http://sciences-en-culture.univ-fcomte.fr/download/partage/sons/radio/me...

A noter que ses recherches ont surtout porté sur le port du soutien-gorge chez les sportives et son effet sur la poitrine, pas sur leur santé, alors attention aux généralisations abusives.

Ce qui est valable pour une sportive de haut niveau dans le cadre de son activité ne l'est pas forcément pour une femme lambda dans sa vie de tous les jours.

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Plusieurs études ont eu lieu de la part de Jean Denis Rouillon, et pas que sur des sportives. Les femmes lambda aussi. Et lui même précise également les risques de cancer dus à une poitrine comprimée.
L'American Cancer Society nous révèle qu’il est déconseillé aux femmes en état de post-mastectomie de « porter un soutien gorge serré » car il cause un lymphœdème.
Pourquoi donc porter un soutien gorge avant d'avoir une mastectomie ! Ce serait plus simple !

" Jean Denis Rouillon est enseignant à l’UFR STAPS, chercheur au laboratoire Physiopathologie cardiovasculaire et prévention, et médecin du sport au Centre Hospitalo-Universitaire de Besançon. "

" Jean-Denis Rouillon mène également depuis une dizaine d’années une étude sur le sein de la jeune femme sportive, qui, contrairement aux idées reçues, aurait tout intérêt à se passer de soutien gorge ! "

Extraits du journal de l'Université de Franche-Comté de juillet 2006, page 14, disponible en pdf sur le net.

Ici :
http://www.sportsante.info/article/soutien-gorge-ami-des-sportives

" Laetitia PERROT et Jean Denis ROUILLON ont demandé à 33 sportives de 18 à 25 ans d’enlever leur soutien gorge dans la vie quotidienne et à l’entraînement. L’inconfort ne dura que quelques semaines et fit rapidement place à une sensation d’aisance. Loin d’assister à un affaissement de la poitrine, les chercheurs constatèrent une diminution de la distance « épaule / mamelon » et une réduction des vergetures. En 2006, une étude de 3 ans menée auprès de 250 femmes confirma ces conclusions. "

et tout de suite derrière :

" Néanmoins, attendez d’autres opportunités pour jeter votre soutien-gorge ! Ces résultats ont été obtenus chez des femmes jeunes, minces et sportives. Un compromis est probablement envisageable. " Ça calme...

Par contre, je n'ai pas trouvé de document où le professeur ROUILLON parlerait de cancer, ce qui n'a pas grand chose d'étonnant si on considère que ce n'est pas sa spécialité. Alors, si on pouvait avoir des liens vers des sites fiables plutôt que de simples affirmations...

Et pour ce qui est de l'American Cancer Society, il est tout à fait évident qu'ils sont contre le port du soutien-gorge comme le prouve leur site :

http://americancancersociety.thegivingeffect.com/

" Needs

Wigs, bras, breast prosthesis are needed for cancer patients. Office furniture is needed for our offices to keep our budgets down to enhance our mission. "

Des perruques, des soutien-gorges et des prothèses mammaires sont nécessaires pour les victimes du cancer. Ah ??? Une erreur sans doute.

Et le plus beau, c'est que les soustingues, ils en vendent :

http://www.tlcdirect.org/subcategory/AmericanCancerSocietyMastectomyBras...

"©2010 "tlc"™ a service of the American Cancer Society®. All rights reserved."

Quand ça veut pas, ça veut pas...

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Santé (Extrait du journal Le Pays Sept 2006)

Faut-il ou non porter un soutien-gorge ?

Le port du soutien-gorge était jusque là vivement recommandé. Une étude menée à Besançon par le professeur Rouillon met à mal "cette idée reçue".

La plupart des médecins conseillent aux femmes de porter un soutien-gorge. Ce n'est pas le cas du professeur Jean-Denis Rouillon, médecin du sport au CHU de Besançon. Non pas par nostalgie des années 70, époque où les mouvements féministes prônaient de jeter ce sous-vêtement aux orties. A l'origine d'une étude sur l'évolution du sein à laquelle ont participé quelque 250 femmes, Jean-Denis Rouillon est formel : le port du soutien-gorge n'est, de loin pas, une garantie pour garder des seins esthétiquement beaux et correctement maintenus.

Une thèse conduite sous son autorité et soutenue par une ancienne handballeuse de haut niveau, Laetitia Pierrot, conclut tout de go que "l'arrêt du port du soutien-gorge est bien supporté par les femmes en terme de confort et d'esthétique et, contrairement aux idées reçues, le sein ne tombe pas, mais il se raffermit et remonte". Ces conclusions, qui vont à l'encontre de ce que prescrit le corps médical depuis l'apparition du soutien-gorge dans les années 20, convergent avec des constatations effectuées aux Etats-Unis.

"Cette étude remet en question l'habitude du port du soutien-gorge, alors qu'elle était bien installée dans nos représentations sociales et culturelles", écrit Laetitia Pierrot. Il est vrai que 95% des femmes françaises portent ce type de sous-vêtement. "Il est curieux de constater que les femmes qui n'en portent pas sont minoritaires", relève Jean-Denis Rouillon. Selon lui, on habitue les jeunes filles à porter un soutien-gorge beaucoup trop tôt. Petit à petit, les seins prennent du poids et, comme ils sont maintenus, les tissus de soutien ne se développent pas. "Par la suite, explique le professeur, les femmes ne peuvent plus s'en passer, car elles estiment avoir mal et les seins qui tombent. Il faut savoir que celles qui n'en ont jamais porté ne constatent pas ce phénomène". Pourquoi, alors, tant de femmes continuent-elles à porter cet accessoire? Si ce n'est par confort physique, c'est peut-être par confort social. Pour certaines d’entre elles, il est inconcevable de se passer de soutien-gorge par crainte de laisser penser que...

A l'opposé, elles ne sont pas rares à porter un soutien-gorge tout spécialement pour se mettre en valeur. Les hommes sont d'ailleurs tout aussi rares à s'en plaindre. Mais la médecine met en garde. Certaines marques de lingerie mettent sur le marché des soutiens-gorge qui relèvent les seins de manière avantageuse pour l'esthétique, mais pas forcément bénéfique en terme de santé.

Quoiqu'il en soit, Jean-Denis Rouillon énumère plusieurs facteurs favorables à "une bonne évolution des seins": être sportive, ne pas être en surpoids, avoir une bonne assise musculaire de tout le tronc, pratiquer l'automassage de la poitrine pour favoriser le drainage lymphatique et, surtout, ne pas porter de soutien-gorge à armature. Autres conseils du professeur: absolument éviter le yo-yo au niveau du poids, ne pas comprimer la poitrine à cause du risque de cancer, éviter la sédentarité et le tabac, se méfier des pratiques alimentaires végétariennes et, surtout, végétaliennes.

A celles qui ont la hantise de faire du sport en simple tee-shirt, le professeur bisontin répond que "la plupart des grandes sportives ne portent pas de soutien-gorge". Et à celles qui pensent que nourrir son bébé pourrait déformer la poitrine il rétorque que "l'allaitement ne dégrade pas les seins".

Alors que la médecine relève que les seins des femmes deviennent de plus en plus gros, probablement à cause de l’usage de la pilule, le débat soulevé par les deux médecins bisontins tombe à pic.

Claude Mislin

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Le contenu de ce diaporama est basé sur diverses études. Aucune étude existante ne peut contredire son contenu. En 1838 le premier médecin français a déclarer que le tabac donnait le cancer du poumon n'était pas écouté. Le premier médecin a suggérer l'existence des microbes avant l'invention du microscope fut sorti de l’académie des médecins parce qu'ils disait aux autres de se laver les mains... Notre société n'avance pas avec des scientifiques qui pensent que seuls eux ont la bonne parole. Les chiffres sont trop éloquents pour déclarer que c'est faux ! Les sociétés sans soutien gorge n'ont pratiquement pas de cancer du sein, et les femmes qui ont adopté cet accessoire dans ces mêmes pays déclarent un cancer comme dans nos pays industrialisés. Ma femme déjà opérée de kystes douteux, les a vus fondre et disparaître depuis qu'elle ne porte plus de soutien gorge. Et après 2 à 3 mois d'accoutumance, plus aucune gène ni douleurs dans les seins même en faisant du sport (98 D) et ceci depuis des années. Les ligaments reprennent de la vigueur.
Ce diaporama est juste fait pour informer des études existantes et prendre du recul sur notre comportement social dont on ne se rend même plus compte. Il y a plus de cent ans, les femmes vivaient très bien sans soutien gorge et la société ne les montrait pas du doigt ! Pensez ce que vous voulez, chacun est libre de son corps, ou subissez la pression sociale, mais enlever son soutien gorge pour une femme est gratuit et ne nécessite pas d'ordonnance...
Yves, l'auteur du diaporama, et Fernanda.
PS: le diaporama ci dessous est plus complet:

[ Lien pointant vers un exécutable supprimé. Le débat porte sur le fichier pps soumis par vero, pas sur un autre diaporama. ]

"Aucune étude existante ne peut contredire son contenu"
On n'a pas forcément besoin d'une étude nouvelle pour contredire une étude déjà réalisée. Il arrive qu'une étude ne fassent pas apparaître de résultats probants ce qui n'empêche pas ses auteurs d'en tirer des conclusions apparemment plausibles.
Voir à ce sujet "Sous l'emprise de la Lune" de Jérome Bellayer qui explique bien au début du livre ce qu'est le seuil de significativité : même s'il n'y a aucun lien entre deux variables dans 5% des cas on se trompera et on en trouvera un.
http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/j-ai-demande-la-lune

"Le premier médecin a suggérer l'existence des microbes avant l'invention du microscope fut sorti de l’académie des médecins parce qu'ils disait aux autres de se laver les mains"
Les références aux dangers du tabac et des microbes n'apportent aucune crédibilité à tes arguments. On ne peut pas se prévaloir du fait que de grands savants n'ont pas été écoutés pour valider ses hypothèses.
(Sinon on accepte aussi la théorie de la terre creuse sous prétexte que Semmelweis n'a pas toujours été pris au sérieux)
Et après vérification : Semmelweis n'a jamais été renvoyé de l'académie de médecine pour avoir recommandé le lavage des mains ! (Et Pasteur non plus !)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ignace_Philippe_Semmelweis
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Pasteur

" Les chiffres sont trop éloquents pour déclarer que c'est faux"
Les chiffres sont éloquents : 30% des accidents de la route sont causés par l'alcool : depuis que j'ai appris ça, je bois avant de conduire puisque 70 % sont causés par des gens à jeun.
http://cortecs.org/outillage/412-leffet-probabilite-inversee

" Les sociétés sans soutien gorge n'ont pratiquement pas de cancer du sein"
C'est peut être vrai. Ou alors, ce sont des pays pauvres (l'illustration montre une indienne) et dans ce cas voici mon explication (et elle est éloquente !) :

Dans les pays pauvres les femmes qui ne portent pas de soutiens-gorge font partie des classes les plus pauvres de la société alors que les femmes ayant atteint un certain niveau de richesse vivent plus "à l'occidentale" et portent donc cet accessoire.
Dans les pays pauvres les femmes qui n'ont pas d'argent (et donc pas de soutien-gorge) n'ont pas accès aux soins médicaux et meurent donc de maladies non-diagnostiquées alors que celles qui portent des soutiens-gorge ont suffisamment d'argent pour avoir un suivi médical, des examens réguliers qui permettent de détecter un éventuel cancer du sein.
En gros il y plus de cancers du sein chez les femmes qui se font dépister que chez celles qui ne vont jamais voir un médecin. Je pourrais en tirer une conclusion logique : il ne faut pas faire de mammographie car elle cause le cancer.
Toujours sur le même point : les femmes des pays pauvres qui vivent avec un soutien-gorge, vivent à l'occidentale donc ont une alimentation occidentale c'est à dire beaucoup trop riche, trop de viande, trop de gras. Y aurait-il un lien entre notre alimentation et les maladies que nous développons ?

"Ma femme déjà opérée de kystes douteux, les a vus fondre et disparaître depuis qu'elle ne porte plus de soutien gorge"
Un exemple n'a pas valeur de loi dans aucune étude au monde !
Tant mieux pour ta femme mais elle n'est qu'un cas parmi des millions.
De plus tu dis qu'elle a été opérée, j'en déduis qu'on lui a retiré des kystes, donc comment ont-ils pu disparaître après s'ils ont été ôtés par chirurgie ?
Si on ne les a pas enlevés, pourquoi l'avoir opérée ? Qu'entends-tu par fondus ? Ils sont passés de l'état solide à l'état liquide parce qu'elle ne portait plus de soutien-gorge ? Enfin, que signifie douteux ? Qu'on a un doute sur leur côté cancéreux ? Qu'on a un doute sur leur existence réelle ?
Pour clore cette partie, je rajouterais qu'ayant été confrontés au problème des kystes et donc potentiellement du cancer du sein, vous ne pouvez avoir un regard extérieur sur ce problème, or être partie prenante fausse votre jugement. Je citerais en exemple un extrait traduit du lien donné par Frédéric :
http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=fact-or-fiction-underwi...
"... le mythe de soutien-gorge vient de la frustration de ne pas savoir ce qui cause la maladie, associé à un désir que la maladie devrait venir de l'extérieur, de quelque chose qu'une femme ne peut contrôler. Vous trouvez des gens moins désireux de penser à la pilule contraceptive, traitement hormonal substitutif et médicaments pour la fertilité qu'aux pesticides, aux soutiens-gorge et aux déodorants."

"Ce diaporama est juste fait pour informer des études existantes"
Ah bon, je dois avouer que ça ne m'avait pas frappé, la première fois j'ai juste regardé les photos de seins de jeunes femmes, la deuxième fois j'ai juste fait "beurk" devant les photos de seins mutilés (tous par des cancers du sein ? J'en doute)
Personnellement je trouve les illustrations de ce diaporama racoleuses ce qui lui ôte une part de crédibilité.

"Il y a plus de cent ans, les femmes vivaient très bien sans soutien gorge"
Il y a plus de 100 ans les gens vivaient très bien sans électricité !
Il y a plus de 100 les gens vivaient aussi longtemps qu'aujourd'hui !
Il y a plus de 100 les gens vivaient très bien sans voiture !
Voilà l'argument choc le plus efficace.

"Pensez ce que vous voulez"
Exactement, nous pensons ce que nous voulons, tu penses ce que tu veux, par contre je pense qu'on devrait supprimer les liens vers ton diaporama car HB n'a pas à apporter sa caution à ce que TU penses.

Cordialement.

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Votre discours est assez long, et il m'est difficile de répondre à tout.
Je ne cherche aucune caution personnellement, car ce n'est pas ce que JE pense, mais diverses études qui ont été faites par d'autres personnes que moi. Je n'ai fait que les mettre ensemble car en relation par le même sujet: la remise en question du port du soutien gorge dans notre société. Et si plusieurs études vont dans le même sens, c'est peut-être qu'au fond il y a bien quelque chose. Ce quelque chose, il n'est pas sûr que nous puissions le mettre en lumière de façon irréfutable dans l'immédiat, c'est pourquoi j'ai fait la parallèle avec le tabac. Si internet avait existé il y a 75 ans, vous auriez certainement eu le même discours à propos du tabac ! Vous répondez par des boutades en disant que vous buvez avant de prendre la route, ce qui est une réaction humaine quand on a pas forcément tous les arguments pour étayer son point de vue. Vous parlez de femmes qui ne portent pas de soutien gorge parce qu'elles sont pauvres et personne n'a jamais parlé de pauvreté ni de pays pauvres dans les diverses études. Je vous invite à lire toute cette littérature que de toute évidence vous n'avez pas lu avant de répondre et d'affirmer. Votre discours changera sûrement si vous essayez de raisonner sans parti pris. Vous en trouverez davantage en Anglais, ce qui explique pourquoi en France nous ne sommes pas forcément au courant. (Vous pouvez commander les livres sur internet) Penchez vous aussi sur les dégâts causés par les déodorants à l'aluminium que les femmes utilisent sous les aisselles et dont les compressions lymphatiques dues aux élastiques ne peuvent éliminer. C'est sûr, il est plus confortable de penser comme la majorité des gens que d’émettre une idée nouvelle. Et pour information, (vous n'avez pas l'air de le savoir) quand un chirurgien enlève un kyste ou un fibrome, il ne peut pas tous les enlever, les plus petits restent sous peine de mutilation complète. Votre réponse n'est pas construite par des arguments sur le sujet en question, mais est seulement un tissu de boutades et moqueries qui ne demande qu'à vous cultiver sur le sujet et je vous y invite. La légende urbaine, c'est bien les gens qui affirment sans savoir. Je n'ai pas de mon côté toutes les réponses, il me semble qu'on en est au point ou on découvre ce problème, mais la prudence est d'utiliser le principe de précaution, qui pour une fois est complètement gratuit. A moins que vous ayez des actions dans l'industrie textile, je n'arrive pas à comprendre pourquoi vous êtes autant remonté contre cette idée sortie de plusieurs études. Vous les trouverez d'ailleurs dans de très nombreux autres sites, je ne suis pas l'unique discours sur ce sujet. Pour ma part, je n'ai avec toutes ces infos aucun intérêt financier, ni aucun lien amical avec ces divers chercheurs, et ma participation était juste pour éclairer "véro" qui se posait des questions (et c'est bien normal). D'ailleurs c'est elle qui a apporté ce sujet ici et non moi. Maintenant vu le parti pris et l'ignorance de votre réponse, il est bien évident que votre caution n'a que peu de valeur.
Cordialement.

Vous dites au début que ma réponse est longue est que vous ne pouvez y répondre. Vous auriez du la lire.
Si vous lisez bien ce que j'écris, il n'est à aucun moment fait de critique directe des études en question. Je ne les met pas en doute justement pour une bonne raison : je ne les connais pas !
Je ne me permets pas de juger un travail que je n'ai pas lu et que je ne saurais probablement pas critiquer de façon constructive.

Ma critique porte sur votre document et sur les faiblesses de votre discours.
Vous le dites vous-même : vous mettez ensemble des documents qui parlent du même sujet.

Ma boutade sur l'alcool est juste une façon d'expliquer que la phrase "les chiffres sont éloquents" ne se justifie pas (voir l'excellent site cortecs.org). Il ne s'agit pas d'étayer un quelconque point de vue en ridiculisant le vôtre mais de montrer que vous, justement, utilisez des phrases toutes faites.
Dire "les chiffres sont éloquents" sous-entend qu'ils ne sont pas critiquables, qu'on ne peut les mettre en doute. Or les résultats de ces études ont été mis en doute puisque de nombreux médecins semblent nier leur validité.
(Vous remarquerez que je dis "semblent nier" car je n'affirme pas comme une vérité ce que je n'ai pas vérifié par moi même)

Je n'ai pas l'intention de me cultiver sur le sujet car je ne me sens pas capable de décider si il y a ou pas un lien entre port du soutien-gorge et cancer du sein et je pense qu'il me faudrait y consacrer trop de temps.
Je continuerai par contre à donner mon avis sur des diaporamas comme le vôtre que je persiste à trouver racoleur, rempli d'affirmations gratuites et donc propre à semer le doute.

Le principe de précaution est la base de la majorité des hoax car en partant de l'idée "et si c'était vrai ?" on fait suivre toutes les infos qu'on reçoit "au cas où!"

Vous n'avez, si j'ai bien compris, pas plus de caution scientifique que moi à admettre ou réfuter ces études, la seule différence est que vous apportez votre caution à des études (que vous avez lues ?) et que je critique l'utilisation que vous en faites.

Concernant les pays pauvres : les sociétés ou on ne porte pas de soutien gorge !
Vous illustrez avec une photo d'indienne, je me permet donc de citer les pays pauvres. Mes arguments sont-ils moins bons que les vôtres ?
Dois-je me prévaloir du nom d'un scientifique en citant une étude que personne n'ira lire pour affirmer que les gens qui ne consultent jamais un docteur ne se font jamais diagnostiquer un cancer du sein ?
Encore une fois, je critique la présentation de votre diaporama.

"Penchez vous aussi sur les dégâts causés par les déodorants à l'aluminium que les femmes utilisent sous les aisselles et dont les compressions lymphatiques dues aux élastiques ne peuvent éliminer"
Je n'ai pas saisi tout ce que vous vouliez dire, mais vous allez dans mon sens : maintenant on rajoute le déodorant comme cause de cancer, mais la pilule contraceptive associée à la cigarette ? toujours pas ?

Enfin, effectivement, je n'y connais rien en kyste au sein, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je posais des questions auxquelles vous n'avez qu'en partie répondu. Certains kystes n'ont pas été enlevés et ont disparus naturellement. Pouvez-vous prouver qu'ils n'auraient pas disparu si votre femme avait porté un soutien-gorge ? Ont-ils disparus parce qu'elle ne portait plus de soutien-gorge ? Un cas ne peut créer une loi valable !

Je n'ai peut être aucune compétence dans le domaine du cancer du sein, ni dans l'évolution des kystes (mais je l'admets bien volontiers) mais j'ai par contre un esprit critique qui me permet (modestement) de mettre en avant le côté partisan, peu étayé, racoleur et alarmiste de votre travail.

Enfin, quand je disais que vous ne devez pas nous imposer votre diaporama, je faisais référence au deuxième que vous avez posté, qui n'apporte rien de plus que le premier, la mise en page change un peu, quelques photos supplémentaires, plus de noms cités.

En conclusion, je n'apporte pas ma caution au fait que l'info soit un hoax, Frédéric a donné des liens plus haut, d'autres comme Birdy l'ont fait aussi. J'ai juste réagi à votre post et votre diaporama et en ai critiqué le contenu.

Cordialement

Rien à rajouter à ce qu'on dit Birdy et rcdl, si ce n'est qu'HB a déjà parlé de la rumeur comme quoi les déodorants donneraient le cancer :

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/deodorants-et-cancer-du-sein

En attendant un éventuel article, je résume les points-clés de la réponse de Jean-Denis Rouillon, qui ne fait que confirmer ce que j'ai dit jusqu'ici :

1) son étude ne portant que sur la femme sportive, elle n'est pas indûment généralisable à la vie de tous les jours ;

2) il n'a aucune preuve d'un quelconque lien entre port du soutien-gorge et cancer (ni de l'inverse d'ailleurs, si ça peut faire plaisir aux complotistes) ;

3) l'étude de Singer et alii abondamment citée dans le diaporama est trop subjective pour valoir quelque chose.

En clair, en l'état actuel des choses, diffuser ce diaporama c'est crier au loup sans raisons.

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Chers détracteurs bonsoir, je reviens de temps à autre lire vos commentaires sur la question, ce qui a au moins le mérite d'ouvrir un débat qui je l'espère sera constructif.
En effet, je crois que le fond du problème n'est pas de savoir si le diaporama est racolant et s'il l'est il a au moins le mérite de poser un questionnement.
Oui les images sont "beurk", je suis tout à fait d'accord, mais ce n'est pas du photomontage, vous taper "cancer sein" ou "breast cancer" sur google image et vous les avez toutes ! Il s'agit simplement d'une réalité que vous le vouliez ou non. Le débat serait alors faut il choquer pour déclencher une réflexion ? Car la réflexion et le questionnement existe bel et bien, l'article que vous citez et qui contredit la théorie de "dressed to kill" se termine par : However," she adds, "I don't think bras—or the lack thereof—are the secret answer." Qui se traduit par "je ne pense pas" au lieu de "je suis absolument sûr" ou "j'affirme" ou bien encore "il est démontré que". Pour toutes théories ou études nouvelles il y aura toujours quelqu'un pour dire le contraire ou affirmer "ce n'est pas possible". Si j'avais fait un diaporama sur les neutrinos avant le 24 septembre 2011 vous vous seriez tous jetés sur vos clics pour me confirmer par A+B que l'on ne peut dépasser la vitesse de la lumière... Il faut simplement reconnaître qu'il existe d'autres possibilités. Surtout qu'il me semble avoir lu que 75% des cancers du sein sont inexpliqués, alors pourquoi refuser une explication cohérente recoupée par plusieurs études. Les japonais dans une autre étude ont fait l'inverse, ont mis des soutiens gorge durant trois mois à des femmes qui n'en portaient pas et ont rapporté qu'au bout de trois mois le sein s'alourdissait rempli de lymphe et présentait une ptose. D'autres études corroborent "dressed to kill" mais les chercheurs ont simplement conclus que la taille du bonnet est un facteur de risque de cancer.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/027753799190469T Pourtant dans le livre "dressed to kill" des femmes à fortes poitrines et obèses ne portent plus de soutien gorge car elle n'accorde plus d'importance à leur image et font parti de celles qui ne développent pas de cancer...
Vous trouvez aussi cette théorie par un autre médecin ici:
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987708006130
Alors bien évidemment ont peut s'envoyer des articles tous les jours, l'un disant noir, l'autre disant blanc, mais dans la mesure où il n'est pas possible d'étayer votre phrase "c'est une légende urbaine" par des études catégoriques, vous ne pouvez pas répondre à "véro" de la sorte. Et si l'américancancersociety vend des soutiens gorges pour suivre la norme sociale elle dit bien effectivement de ne pas les porter serrés après une mastectomie. (Donc effectivement pourquoi en porter avant). Mais je pense que la véritable raison est la même pour laquelle vous vendez des tee-shirts: faire du fric sur le dos des internautes. Quand à Jean Denis Rouillon avec qui j'échange de temps en temps des mails depuis près de trois ans, il ne peut évidemment confirmer une chose qui n'est pas dans ses études même si au fond de lui il peut y penser. Je vous ai cité plus haut une interview de lui qui date de septembre 2006: "Autres conseils du professeur: absolument éviter le yo-yo au niveau du poids, ne pas comprimer la poitrine à cause du risque de cancer, éviter la sédentarité et le tabac, se méfier des pratiques alimentaires végétariennes et, surtout, végétaliennes." Claude Mislin, journaliste, Le Pays. je remercie d'ailleurs Jean Claude Rouillon de m'avoir envoyé ses études qui sont en partie dans le diaporama, car on ne les trouve pas complètes sur internet.
De nombreuses études médicales aucunement mise en doute font état de cellules en état de catabolisme lors de l'immobilisation d'une partie du corps. Et les seins avec un soutien gorge sont limités à 70% de leurs mouvements. Et ce n'est pas qu'un seul jour, c'est toute une vie ! Alors si vous avez une femme ou une compagne, faite une expérience très simple, lorsqu'elle se déshabille le soir et qu'elle enlève son soutien gorge, regardez les marques rouges laissées par les élastiques et posez vous la question "est ce que ceci est naturel ?" Et même mieux, essayez d'en porter un une journée entière pour constater si vous êtes dans une situation confortable... Inutile d'être un médecin pour comprendre qu'il peut y avoir des conséquences certaines. Alors quand faut il crier au loup ? Après avoir été mordu ? Seulement quand des gens comme vous l'aurons décidé, les autres n'étant que des moutons qui ne peuvent que suivre sans avoir une liberté de jugement ? Alors moi je réponds à véro oui tu n'auras pas de conséquences négatives à vivre sans soutien gorge, tout au plus le regard stupide d'une minorité de personnes (les autres s'en foutent). Le garder c'est s'exposer à un risque encore controversé mais dont la théorie (plusieurs années d'études) tient tellement bien la route qu'il me paraît difficile de la balayer d'un simple clic ignorant.

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Excusez les quelques fautes qui se sont glissées dans mon commentaire précédent, je ne me suis pas relu, il est tard... Cordialement.

Yves et Fernanda, je passe sur la partie subjective de ton argumentation, mais je te préviens que la prochaine fois je la supprimerai : ici, on ne parle que de faits, rien que de faits, on n'essaye pas de convertir les gens aux non-port du soutien-gorge avec des comparaisons sur les neutrinos.

Pour la partie objective :

1) je fais de ce pas un mail à jean-Denis Rouillon pour lui demander s'il cautionne expressément ton diaporama, ce qu'il ne m'a pas semblé vouloir faire, vu qu'il était plus que réservé sur sa pertinence scientifique ;

2)la première étude que tu cites ne fait pas une corrélation entre port du soutien-gorge et risque de cancer, contrairement à ce que tu affirmes, mais entre taille des seins (mesuré par le bonnet pour les femmes qui portent des soutiens-gorges) et cancer : c'est ainsi que son auteur signale que la survenue du cancer se fait plutôt dans le sein le plus gros (le gauche, généralement) ou attribue le fait que les femmes préménopausées sans soutien-gorge aient moins de cancer que les porteuses de soutiens-gorges au fait qu'elles ont des seins plus petit, tout comme il estime que l'obésité peut jouer un rôle ;

3) le livre "Dressed to kill" est de ce même Singer dont Jean-Denis Rouillon ne pense pas le plus grand bien, et il a par ailleurs été unanimement décrié par les organismes médicaux américains ; je t'invite notamment à observer les liens suivants :

http://www.cancer.org/Cancer/BreastCancer/DetailedGuide/breast-cancer-ri...

[Je cite et je traduis] "Des rumeurs propagées par courrier électronique et au moins un livre ont suggéré que les soutiens-gorges provoquent le cancer en obstruant les canux lymphatiques . Cette affirmation n'a aucun fondement scientifique ou clinique. Les femmes qui ne portent pas de soutien-gorge régulièrement sont plus susceptibles d'avoir des seins plus minces ou moins denses, ce qui contribue probablement à toute différence de risque pouvant être observée." Tiens, tiens, la même théorie que ton étude...

La conclusion de ceci est que ta théorie ne tient toujours pas la route. En revanche, il y a bien une corrélation avérée entre taille des seins et risque de cancer :

http://www.cancer.gov/aboutnci/ncicancerbulletin/archive/2008/102108/page10

(Si bien que si le soutien-gorge contribue à faire maigrir les seins, son port pourrait au contraire avoir un effet protecteur...)

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Bonsoir Frédéric, bonsoir Rcdl
Excuse moi pour la partie subjective de mon intervention, elle était seulement pour essayer de faire comprendre la difficulté pour une idée nouvelle à faire sa place dans notre société dans laquelle certaines idées sont très implantées.
Restons donc effectivement sur la partie objective:

1) Comme Burdy l'a dit justement plus haut, le professeur Rouillon n'est pas un cancérologue (mais il peut avoir comme tout le monde une opinion sur le sujet), et ses études citées dans le diaporama ne le sont pas à propos du cancer, mais seulement sur le résultat anatomique de jeunes femmes ayant enlevé leurs soutien gorges pendant trois ans. Pour moi, le seul moment où Jean Denis Rouillon parle de cancer, et je ne l'ai pas mis dans ce diaporama, c'est dans une interview d'un journaliste Claude Mislin en septembre 2006: "Autres conseils du professeur: absolument éviter le yo-yo au niveau du poids, ne pas comprimer la poitrine à cause du risque de cancer, éviter la sédentarité et le tabac, se méfier des pratiques alimentaires végétariennes et, surtout, végétaliennes." Je ne l'ai pas mis dans ce diaporama car effectivement cela ne correspondait pas aux diverses études de Jean Denis Rouillon, à qui je ne veux surtout pas prêter des affirmations qu'il n'aurait pas lui-même étudié.

2) On sait aussi par d'autres études que le soutien gorge peut contribuer à l'obstruction des conduits de lait chez la femme allaitante. On sait également que la fluctuation de la taille des seins dans le mois pose aussi un problème pour les femmes et leurs soutien gorges. D'autres études démontrent encore qu'ils causent de l'inconfort et de la douleur et favorisent des kystes.

3) En ce qui concerne l'étude scientifique Molete, à part celle de "dressed to kill", elle est la seule étude scientifique qui a examiné la relation entre le cancer du sein et l'utilisation de soutien-gorge. Cette étude, entre 3918 et 11712 cas de contrôle de 7 centres aux États-Unis, a constaté que les femmes pré ménopausées qui ne portent pas des soutiens-gorge avait la moitié du risque de cancer du sein par rapport aux utilisateurs soutien-gorge. Les auteurs ont proposé l'hypothèse que les femmes qui ne portent pas des soutiens-gorge sont plus minces et susceptibles d'avoir des seins plus petits. De même ils ont suggéré que les femmes obèses étaient plus enclin à développer un cancer du sein. Il s'agit seulement là d'une hypothèse qui ne permet pas de réfuter celle de "dressed to kill".
Je crois seulement que personne ne peut certainement affirmer sans doute aucun, si oui ou non d'une véracité absolue, une théorie est meilleure qu'une autre. Mais il y a tellement de constatations évidentes sur la théorie de Singer et Grismaijer, qu'on ne peut la réfuter en bloc sous prétexte que certains "bien pensant" sont mieux placés dans le monde médical. (Je ne citerai pas de cas où la médecine s'est trompée pendant des années, vous risquerez de me taxer de subjectivité)

4) Je vous donne ci dessous un compte rendu des auteurs eux-mêmes de cette étude afin que nous puissions rester tout à fait objectif et non pas avec jugement unilatéral en ne citant que des opposants. Il serait même intéressant de les contacter afin de savoir s'ils ont des études nouvelles plus récentes. (Je sais qu'ils cherchaient du monde sur internet pour se prêter à une étude plus vaste et poursuivre leurs investigations)
Il s'agit d'une traduction Google, pardonnez donc certaines mauvaises tournures de phrases. Vous trouverez la page en Anglais ici: http://theherbaladvisor.com/?p=108
Si nos échanges sur la question pouvaient faire avancer les choses, ils n'auront pas été inutiles...

Soutien-gorge sans les femmes ont démontré qu'ils ont sur la même incidence du cancer du sein que les hommes, tandis que ceux qui portent un soutien-gorge 18-24 heures par jour ont une incidence de plus de 100 fois plus élevé de cancer du sein que ne soutien-gorge sans les femmes. Ce lien a été 3-4 fois plus grande que celle entre la cigarette et le cancer du poumon!

Lorsque nous avons annoncé notre théorie et la recherche reliant le cancer du sein avec le port du soutien-gorge, nous avons été moqué, ridiculisé, ou tout simplement ignorés. «Comment un vêtement de la fondation conduire à la maladie? Absurde. Il est trop simpliste. Il n'existe aucune preuve scientifique. "

C'était en 1995, quand notre livre Dressed To Kill: Le lien entre le cancer du sein et Bras (Avery / Penguin Putnam, 1995; ISCD Presse 2002) a été publié. Nous avions prévu une réception ouverte d'esprit, si elle n'est pas enthousiaste à notre recherche montrant que des soutiens-gorge sont la principale cause de cancer du sein. Nous avons été naïfs. Le cancer du sein est plus qu'une maladie. C'est un phénomène culturel.

Dressed To Kill décrit notre étude de 1991 à 1993 Bra et le cancer du sein, en examinant le soutien-gorge porte habitudes et les attitudes d'environ 4700 femmes américaines, près de la moitié d'entre eux avaient eu un cancer du sein. Les résultats de l'étude a montré que le port d'un soutien-gorge plus de 12 heures par jour augmente considérablement l'incidence du cancer du sein. Soutien-gorge sans les femmes ont démontré qu'ils ont sur la même incidence du cancer du sein que les hommes, tandis que ceux qui portent un soutien-gorge 18-24 heures par jour ont une incidence de plus de 100 fois plus élevé de cancer du sein que ne soutien-gorge sans les femmes. Ce lien a été 3-4 fois plus grande que celle entre la cigarette et le cancer du poumon!

Notre théorie expliquant ces résultats est que le soutien-gorge, un vêtement élastique, conçu pour modifier la forme du sein, applique une pression constante pour le tissu mammaire souple, la compression et la constriction des vaisseaux lymphatiques. Preuve de cette constriction sont les marques rouges et des indentations dans la peau laissée par le soutien-gorge. Comme le rôle des vaisseaux lymphatiques est d'éliminer les toxines et les débris de tissus, de dépréciation du flux lymphatique peut entraîner l'intoxication du tissu mammaire. Ces toxines sont des toxines endogènes résultant de l'hypoxie tissulaire consécutive, ainsi que les toxines exogènes qui contaminent nos aliments, l'eau et l'air dans notre monde pollué pétrochimique. Beaucoup de ces toxines sont cancérigènes. Le soutien-gorge se concentre dans le sein de ces en empêchant les vaisseaux lymphatiques de les rincer loin.

Bien sûr, cela signifie que la cause du cancer du sein n'est pas le soutien-gorge, en soi, mais les toxines qui le soutien-gorge se concentre dans le tissu mammaire due à une insuffisance lymphatique.

Fait intéressant, lorsque vous regardez les statistiques mondiales sur le cancer du sein, il est clair que c'est seulement un problème dans les cultures où soutiens-gorge sont usés. Pas de soutien-gorge, et les hommes et les femmes ont environ la même incidence faible de cancer du sein. Et le lien gorge explique également différents facteurs de risque du cancer du sein, comme nous le verrons dans les Dressed To Kill.

Alors que plus de recherche est clairement nécessaire d'étudier davantage ce lien, nous croyons qu'il est prudent de recommander la médecine des femmes de s'abstenir de porter de soutien-gorge à titre de précaution. Il n'ya aucune raison pour porter un soutien-gorge, en dehors de la mode. Le corps humain n'a pas été conçu avec une faille qui nécessite la lingerie moderne pour la correction. Comme la mode absurde et destructrice des pieds bandés en Chine, les femmes dans l'Ouest lient leurs seins. Assurément, nous avons cru, une fois compris comment les femmes de cette pratique est menaçant leur santé et leur vie, ils vont arrêter de porter des soutiens-gorge.

Cependant, il ne fut pas aussi simple que cela. Les femmes sont des êtres culturels, et dans cette culture l'identité féminine et l'image corporelle sont liées à la forme du sein et de la taille. Bras d'aider à définir le sens d'une femme de soi. Changer les habitudes gorge porte s'apparente à changer l'image soi-même.

Dicter cette image sont les industries du vêtement et la mode qui définissent la forme du sein acceptable et les femmes doivent porter des vêtements qui exigent que la forme. Et pour ceux qui ne peuvent pas entrer dans le moule, chirurgiens plastiques sont là pour aider les femmes à mieux les adapter à leurs vêtements.

Et alors que personne ne dirait qu'ils veulent aux femmes de développer un cancer du sein, le fait est que la culture est devenue investi dans cette maladie. Telle est la nature d'une maladie culturogenic. Il devient partie intégrante de notre mode de vie. L'industrie du soutien-gorge est une entreprise plusieurs milliards de dollars. Et des milliards de dollars sont dépensés chaque année la recherche et le traitement de cette maladie. Ironiquement, en terminant le cancer du sein peut causer des difficultés financières pour beaucoup de gens.

Nous sommes devenus une culture du cancer du sein. En conséquence, notre information a été perçue comme une menace pour cette culture. Parfois, une maladie est moins menaçant que le changement.

Mais alors quelque chose est arrivé que nous n'avions pas prévu. Certaines femmes courageux qui ont entendu notre message essayé d'aller soutien-gorge-libres et rapporté leurs expériences pour nous. En quelques semaines, voire plusieurs jours, la plupart de ces femmes ont subi un profond changement dans leur état de santé du sein. Douleur dans la poitrine et de tendresse presque terminée. Les kystes qui avait besoin d'aspirations régulières disparu. Nous avons commencé à réaliser que la maladie fibrokystique du sein, commune de Bra-porter cultures, devrait être appelé «syndrome de soutien-gorge serré".

Tout avait un sens parfait, bien sûr. Le soutien-gorge était à l'origine lymphoedème secondaire des seins à cause de la constriction des vaisseaux lymphatiques. Le liquide accumulé provoqué une augmentation de la pression tissulaire avec des douleurs associées et de tendresse, et par la suite développé en kystes. Alors que le tissu fibreux qui se développe à long kystes permanent prend plus de temps à résoudre, soulageant la pression en éliminant le soutien-gorge a permis de drainer les kystes, allégeant la pression et l'inconfort. (Cette s'explique aussi par de nombreuses femmes ont du sein myalgies près au moment de leurs menstruations. Les niveaux d'oestrogène sont élevés à cette époque, l'augmentation globale de rétention de liquide corporel et la taille des seins augmente. Cependant, les femmes portent typiquement le soutien-gorge de même taille tout le mois, ce qui rend c'est particulièrement serré à ces moments, la douleur breat croissante. Une fois bra-libre, ce syndrome s'arrête habituellement.)

Les résultats sont rapides, impressionnants et transformatrice. C'est ce lien avec la maladie fibrokystique du sein qui ont aidé à maintenir notre soutien-gorge le cancer théorie vivante. Alors qu'il n'a pas prouver le lien cancer, il ne montre que le soutien-gorge était d'endommager les seins, l'ajout du support à nos revendications.

Nous avons ensuite fait une étude de suivi à notre étude américaine d'abord. Cette fois nous sommes allés à Fidji, où la moitié de la population est bra-libres. Nous avons approché le ministère de la Santé et a demandé leur aide. Une fois que nous leur avons dit notre théorie, ils s'écrièrent: «C'est ce qui explique pourquoi nos femmes qui travaillent sont désormais un cancer du sein! Ils sont ceux qui portent des soutiens-gorge! "Au cours des prochains mois, nous sommes allés de village en village et a obtenu plus de 20 histoires de cas de cancer du sein. Tous étaient des femmes qui portaient des soutiens-gorge. Nous avons constaté que, étant donné les femmes du même village (génétiquement liés), avec le même régime, ceux qui ont développé un cancer du sein étaient ceux qui portaient des soutiens-gorge.

Nous avons commencé à obtenir le soutien de naturopathes, les chiropraticiens, les massothérapeutes, et certains allopathes. Mais les autorités allopathique n'étaient pas disposés à examiner la question, et, comme vous le savez, ils contrôlent les médias et l'agenda du gouvernement médicale, (une autre cause de diverses maladies culturogenic). À ce jour, l'American Cancer Society déclare sur son site Internet, «Internet e-mail rumeurs et au moins un livre ont suggéré que le cancer du sein Bras cause en obstruant le flux lymphatique. Il n'existe aucune base scientifique ou clinique pour cette réclamation. "Et ils n'ont pas intérêt à faire des recherches sur cette revendication, que ce soit.

En attendant, une récente étude japonaise (J Physiol Anthropologie Appl homme Sci 2002 Jan; 21 (1):. 67-74) a montré que des soutiens-gorge altérer le système nerveux autonome. Il conclut: «Nos données indiquent que les pressions exercées par des vêtements plus un soutien-gorge classique ont un impact négatif significatif sur l'activité du SNA, qui est principalement attribuable à la diminution significative du parasympathique ainsi que les activités de thermorégulation du nerf sympathique. Depuis l'activité du SNA joue un rôle important dans la modulation de l'environnement interne dans le corps humain, les pressions causées par l'excès de vêtements constriction types de vêtements de base sur le corps serait par conséquent compromettre la santé des femmes. "Deux autres études en provenance du Japon ont trouvé des résultats similaires.

Pourquoi cette recherche est en provenance du Japon et de ne pas les Etats-Unis? Le Japon n'a pas été une culture de soutien-gorge porte, jusqu'à tout récemment. En fait, le Japon a été la seule culture du premier monde qui a été relativement épargnée du cancer du sein, parce traditionnelle japonaise vêtements ne comprend pas le soutien-gorge. Maintenant, cependant, les Japonais ont adopté l'obsession de l'Occident avec des seins et des soutiens-gorge, conduisant à l'augmentation des taux de cancer du sein il.

Il est également intéressant d'une étude réalisée en 2000 par deux spécialistes du cancer du sein au Royaume-Uni pour un documentaire télévisé. L'étude a suivi 100 femmes atteintes maladie fibrokystique du sein car ils ont 3 mois soutien-gorge-libres. Les résultats ont été étonnants, et presque créé une panique. Le documentaire, "Bras - Les faits bruts», fait des nouvelles internationales dans le Commonwealth britannique, mais a été complètement ignoré aux Etats-Unis

Il prend l'intégrité personnelle et un engagement envers la santé des femmes et des hommes dans leur vie à se lever et dire non à la gorge. Heureusement, en terminant l'habitude soutien-gorge est vraiment facile et donne des avantages immédiats pour la santé. Toutes les femmes vraiment besoin, c'est l'encouragement.

Le naturopathe traite un patient pour les maladies du sein a besoin de garder à l'esprit les questions culturelles qui obligent les femmes à porter des soutiens-gorge, ainsi que le fait que l'habitude soutien-gorge est addictif, physiquement et émotionnellement. Vous pouvez discuter de cette question avec le partenaire du patient, aussi bien, puisque les hommes sont souvent la raison pour laquelle les femmes portent des soutiens-gorge en premier lieu. En fait, il serait idéal pour offrir aux femmes un groupe de soutien alors qu'ils rompre avec l'habitude soutien-gorge. Certaines femmes craignent le harcèlement au travail, ou se sentent nus en public sans un soutien-gorge. Ils ont besoin d'exprimer ces préoccupations avec d'autres femmes qui ont réalisé les avantages de santé d'être bra-libres, et nous avons appris que ces craintes sont vraiment culturellement programmée infondées.

Sydney Ross Singer et Soma Grismaijer

Anthropologues médicaux

Administration de l'Institut pour l'Etude des Maladies Culturogenic

www.SelfStudyCenter.org - Sydney Ross Singer et Soma Grismaijer
Auteur Sidney Ross Singer et Soma Grismaijer

Waouh... Que de bla bla.

Je vais donc redire ce qui a déjà été dit (et confirmé par le Dr Rouillon, que vous citez comme référence, dans le mail qu'il a adressé à Frédéric), l'étude de Singer et al. (en l’occurrence, sa femme) n'a aucune valeur scientifique.

Les voitures qui roulent la nuit ont, statistiquement, plus de risques de percuter un sanglier. Et comme les voitures qui roulent la nuit ont leurs phares allumés (ce qui n'est pas le cas des voitures qui roulent de jour) j'en conclue brillamment que ça vient des phares. Ben non, ça vient du fait que les sangliers sont essentiellement nocturnes, comme beaucoup de mammifères.

Vous nous parlez de "l'étude scientifique Molete". Où est elle consultable ? J'ai chercher sur le net et je n'ai rien trouvé. Un lien vers une revue à comité de lecture (Science, Nature, Lancet, etc...) ou vers une université ?

"On sait aussi par d'autres études que le soutien gorge peut contribuer à l'obstruction des conduits de lait chez la femme allaitante". Intéressant. Sauf qu'un femme peut avoir une tumeur sans n'avoir jamais eu d'enfant. C'est ballot, hein.

Et vous mettez un lien vers un article de 2010 (écrit par Singer, comme par hasard) sur theherbaladvisor (niveau fiabilité...) mais sur le même site on trouve cet article plus récent d'un an http://theherbaladvisor.com/?p=255 qui parle d'origine hormonale, comme beaucoup d'étude.

Donc, ce qui serait bien, plutôt que de nous faire de longues tirades pour nous exposer VOTRE POINT DE VUE ce serait de fournir des liens vers des sources fiables faisant un lien entre LE CANCER DU SEIN ET LE SOUTIEN-GORGE et pas sur les joies du naturisme ou le bonheur de manger de l'herbe qui n'ont rien à voir avec le sujet du jour.

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Apparemment vous avez droit à faire des comparaisons stupides qui desservent évidemment votre argumentation. Pour moi, les comparaisons (comme avec les neutrinos pour faire comprendre qu'un discours scientifique peut être remis en cause) me sont refusées. C'est la liberté d'expression !
Le docteur Rouillon n'est référence que pour l'étude anatomique, je l'ai déjà confirmé.
Si vous ne cherchez que des liens négatifs à cette étude, vous en trouverez. Si vous cherchez des liens positifs à cette étude, vous en trouverez aussi.
Le fait est que le cancer est une maladie complexe, et qu'une seule cause ne peut tout expliquer. Plusieurs causes sont très certainement liées et c'est ce qui rend une incompréhension entre nos points de vue. De même un discours du point de vue anthropologique a du mal à trouver un échos avec un discours qui ne veut que médical et qui se trouve devant une énigme.
Je n'ai jamais parlé de naturisme et je ne mange pas de l'herbe !
Voici la réponse de Singer que je vous copie. Il serait bon de vous adresser à lui directement, je ne suis pas l'auteur de cette étude. Elle est écrite par lui (ce n'est pas un hasard) et lorsqu'on discours d'un sujet, il serait bon d'y inviter les principaux intéressés. Vous le faites pour le docteur Rouillon, pourquoi ne le faites vous pas pour Sydney Ross Singer ?
No hoax. The link is real. I suggest women try bring bra-free for one month to see if their breasts feel healthier without a bra.

Btw, the English edition of Dressed to Kill is also now available as an ebook for those interested in reading the entire study and analysis.
Sydney Ross Singer
Sent via BlackBerry by AT&T

Sauf que votre intervention sur les neutrinos commence par "si j'avais" et vise à vous présenter comme un visionnaire.

La comparaison stupide à laquelle vous faite allusion visent à démontrer que les statistiques sorties de leur contexte ne veulent strictement rien dire, ce qu'a déjà fait rcdl différemment un peu plus haut. Et visiblement, vous avez toujours autant de mal à le comprendre.

Et j'aimerais bien savoir où vous avez vu que je disait que vous aviez parlé le naturisme ou que vous étiez végétarien. Ceci dit, ça peut expliquer que vous ne donniez toujours aucun lien malgré les demandes répétées... (Avec le fait qu'il n'existe visiblement pas de tels liens.)

Selon vous, il faudrait demander directement à Sydney SINGER. Ah bon ? Parce qu'aucune ce ses études serait validée par un comité de lecture ? Elle ne font pas partie d'études médicales ou universitaires contrairement à celles du Dr ROUILLON ? Elles sont uniquement consultables dans ses bouquins (qu'on aura pris soin d'acheter auparavant) ? Ben tien.

Pourquoi on a demandé au Dr Rouillon ce qu'il en pensait ? Ben parce qu'il est cité dans le diaporama, facile à joindre, réputé pour son travail (ce qui n'est pas le cas de SINGER) et qu'il parle français. Ca suffit ?

Par contre, la petite phrase de M Sydney SINGER me parait assez éloquente (personnellement elle me sidère) : "I suggest women try bring bra-free for one month to see if their breasts feel healthier without a bra." Les tumeurs cancéreuses disparaissent toutes seules au bout d'un mois ? Une femme qui a un soutien-gorge a forcément un poitrine "malsaine" ? C'est ça ses arguments ? Effectivement, ça c'est de l'argument scientifique...

Perso, j'ai toujours été pour l'abolition des sous-tifs depuis que j'ai 10-11ans. Mais ce brave docteur lui a franchi un cap dans l'accomplissement de ce rêve juvénile. Bravo Dr.
Mais avec tout ça je suis toujours dans le flou. Puis-je continuer ou non et sans risques à porter mes wonderbra favoris ?!?

MOkri...

...Il a déjà pris la porte...

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Vous trouverez ci dessous une traduction google de la page du site :
http://www.007b.com/bras_bare_facts.php
Vous y trouverez des références d'études médicales dans les liens de ces pages ainsi que des liens vers les maladies fibrokystes. (Pas seulement les risques de cancer liés au soutien gorge.)

Bonne lecture...

Comment soutiens-gorge sont liés au cancer du sein

Beaucoup de gens disent que les soutiens-gorge causant le cancer du sein est juste un mythe. Il est vrai que des soutiens-gorge ne causent pas de seins en soi, mais mal ajusté, soutiens-gorge trop serré peut aider la croissance du cancer car ils peuvent empêcher votre corps d'excréter dangereux produits chimiques cancérigènes. Et, comme l'industrie soutien-gorge et même Oprah ont noté, 80 +% des femmes portent un soutien-gorge mal de taille.

La raison principale pourquoi soutiens-gorge serrés sont mauvais pour la santé du sein, c'est parce qu'ils limitent la circulation de la lymphe dans vos seins. Il existe des voies lymphatiques nombreux et les ganglions lymphatiques dans les aisselles, sous les seins, et entre les seins. Normalement, le liquide lymphatique délave les déchets et autres toxines loin de la poitrine, mais des soutiens-gorge (et surtout des soutiens-gorge push-up) inhibent cette action, afin de toxines peuvent commencer à s'accumuler dans la poitrine, et qui peuvent aider à développer un cancer. En d'autres termes, soutiens-gorge inhiber la façon dont notre corps normalement se purifier et se débarrasser des cellules cancéreuses et les toxines comme les PCB, le DDT, les dioxines, benzène et autres substances chimiques cancérigènes qui s'accrochent aux tissus adipeux du corps comme la poitrine. En fait, si vous trouvez un morceau dans votre sein, il peut très bien être rempli de liquide lymphatique qui n'a pas été capable de s'éloigner du tissu mammaire.

Soutien-gorge porte peut aussi être relié au cancer dans d'autres moyens. Bras Portant augmente légèrement la température du tissu mammaire, et les femmes qui portent des soutiens-gorge ont des niveaux plus élevés de l'hormone prolactine. Ces deux peuvent influencer la formation du cancer du sein.
Chanteur et Grismaijer de recherche

La première étude exhaustive sur ce sujet a été faite par le chercheur médical Sydney Singer et son épouse Soma Grismaijer, déclenchée par la découverte de Soma sur une bosse dans son sein alors que dans les premiers stades de la grossesse. Terrifié, le couple a commencé à rechercher les causes et les facteurs de risque de cancer du sein, et j'ai découvert que même le diagnostic de la masse (si c'était le cancer) comportait un risque qu'ils ne veulent pas prendre.

Soma arrêté portant soutiens-gorge, a commencé à faire le massage de sein et de l'exercice régulièrement, ne buvant que de l'eau purifiée, et en prenant quelques herbes et des suppléments. En deux mois, sa tumeur avait disparu.

Ils ont remarqué que les Maoris de Nouvelle-Zélande intégré dans la culture blanche ont le même taux de cancer du sein, tandis que les aborigènes d'Australie marginalisés n'ont pratiquement pas de cancer du sein. La même chose était vraie pour «occidentalisées» japonais, les Fidjiens et autres soutien-gorge-convertis cultures.

Chanteur et Grismaijer ensuite étudié 4500 femmes dans cinq villes à travers les Etats-Unis au sujet de leurs habitudes de gorge porte et, plus tard publié leurs conclusions dans un livre Dressed to Kill. Bien que l'étude ne prend pas en compte les facteurs de style de vie, les résultats sont trop frappantes pour être refusé:

3 sur 4 femmes qui portaient leurs soutiens-gorge 24 heures par jour un cancer du sein développé.
1 sur 7 femmes qui portaient des soutiens-gorge de plus de 12 heures par jour, mais pas au lit du cancer du sein développé.
1 sur 152 femmes qui portaient leurs soutiens-gorge de moins de 12 heures par jour a eu un cancer du sein.
1 sur 168 femmes qui portaient des soutiens-gorge que rarement ou jamais acquis le cancer du sein.

Donc la différence entre 24 heures et non pas à porter tous les FA était de 125 fois!

Chanteur et Grismaijer envoyé leurs résultats à la tête des organisations contre le cancer le plus prestigieux et des instituts d'Amérique. Aucun répondu.

Le système lymphatique du sein se développe seulement pleinement pendant la grossesse et l'allaitement maternel, afin que les femmes qui portent des soutiens-gorge et de reporter tous les jours d'avoir des enfants, et ceux qui n'allaitent pas, pourrait être à risque plus élevé de cancer du sein.

Il est bien connu que les facteurs de risque établis de cancer du sein ne peut expliquer les 25% des cas de cancer. En d'autres termes, environ 75% des femmes qui développent un cancer du sein n'ont aucun des facteurs de risque généralement mentionnés comme les précédentes des antécédents de cancer du sein, le tabagisme ou la ménarche précoce. Peut-être porter un soutien-gorge mal ajusté (ou même n'importe quel soutien-gorge?) Est un facteur de risque qui pourraient expliquer une grande partie de cette «inconnue» de variation!

Aussi il est bien connu de la recherche scientifique que les femmes dans les pays occidentaux un cancer du sein que les femmes plus africain, par exemple. La différence de bra-porter habitudes pourrait facilement expliquer ce phénomène, aussi. Quelqu'un devrait prendre des mesures et faire plus de recherches!

Bien que des études le long de ces lignes ne sont pas nombreux (probablement parce qu'il n'ya pas d'argent à gagner en demandant aux femmes de ne pas porter un soutien-gorge), il en est qui confirment le lien entre le port de soutien-gorge et cancer du sein, et aussi une maladie fibrokystique et le cancer du sein. En 1991, Hsieh & Trichopoulos étudie la taille des seins et gauche / droite impartialité en tant que facteurs de risque, et a noté dans les conclusions que les femmes préménopausées qui ne portent pas des soutiens-gorge avait moins de la moitié le risque de cancer du sein par rapport aux porteurs de soutien-gorge. (Risque de cancer du sein de taille, impartialité et du sein Eur J Cancer 1991;.. 27 (2) :131-5.)

En 2000, les femmes dans une étude britannique ont reçu l'ordre d'aller soutien-gorge-libres pendant trois mois. Résultats:

"... Les femmes ont été interrogées et ont discuté des améliorations qui changent la vie de santé de leurs seins, comme étant en mesure de maintenant prendre leurs enfants ou leur conjoint câlin sans douleur.
Quelques faits saillants de l'histoire de la recherche sur les soutiens-gorge et les maladies du sein par RL Reed.

Les résultats de cette étude maternel m'a redonné ma liberté. Je peux choisir les enfants jusqu'à quand je veux. Je ne peux rien faire et la douleur du sein est maintenant pour moi allé de plus en plus dans le fond. Je ne suis pas anxieux A propos de ma poitrine grumeaux parce que la douleur n'est pas là pour que vous ne l'avez pas en permanence sur votre esprit et de s'en inquiéter je m'entends avec la vie;. j'aime la vie plus que je n'ai pas à avoir une douleur constante tout le temps.. " Rae Marsh à Bras, les faits bruts, un documentaire de Channel 4 au Royaume-Uni, diffusé Novembre 2000.

David Moth a mené une expérience où il a mesuré la pression réelle exercée par des soutiens-gorge. Il dit: «Les résultats suggèrent que le soutien-gorge le plus léger possible sera encore exercer des pressions supérieures à celle trouvée dans les vaisseaux lymphatiques."

Mesdames, la prochaine fois que vous prenez votre soutien-gorge, vous regarder dans le miroir. Vous pourriez voir des lignes rouges sur les côtés et / ou en dessous de vos seins, et des marques sur vos épaules de la courroie. Ce n'est pas un bon signe, la circulation de la lymphe pourrait avoir été été coupée. Push-up soutien-gorge avec armatures et ceux ou panneaux latéraux élevés ont encore plus d'effet sur la constriction des vaisseaux lymphatiques. Il est temps d'acheter un meilleur ajustement. Essayez également donner à vos seins de temps libre chaque jour de Bras - si possible au moins 12 heures.

La plupart des gens pensent que la pression des soutiens-gorge (ou d'autres vêtements serrés) n'est pas un danger pour la santé. Nous savons les vêtements et la pression qu'il crée ne soit dans quelques autres parties du corps - pourquoi pas pour les seins? Une étude sur les pressions exercées par deux différents types de soutiens-gorge (un soutien-gorge classique et d'un nouveau imaginé basse pression brassière peau) a constaté qu'il y avait une différence, et conclut: «Nos données indiquent que les pressions des vêtements plus conventionnels exercée par un soutien-gorge ont un impact négatif significatif sur le SNA [système nerveux autonome] activité ».
(Effets de la pression des vêtements causée par différents types de soutiens-gorge sur l'activité du système nerveux autonome évaluée par la variabilité du rythme cardiaque analyse spectrale de puissance J Physiol Anthropologie Appl homme Sci 2002 Jan;... 21 (1) :67-74)

Une autre étude a trouvé que le port d'un soutien-gorge ont diminué la production de mélatonine et l'augmentation de la température centrale du corps. La mélatonine est un puissant antioxydant et de l'hormone qui favorise un bon sommeil, combat le vieillissement, stimule le système immunitaire et ralentit la croissance de certains types de cancer, notamment le cancer du sein.
(. Les effets de la pression de peau par les vêtements sur les rythmes circadiens de la température de base et de mélatonine salivaire Int Chronobiol 2000 Nov;. 17 (6) :783-93.)

Plus de recherche doit être fait!

Considérant toutes ces preuves, nous avons besoin d'études scientifiques concernant le système lymphatique et le cancer du sein. Si vous êtes intéressés et concernés, je vous encourage à lire le document par Kathleen McLaughlin PT: lien entre le système lymphatique et le cancer du sein, où elle procède à un examen de la littérature existante et propose une hypothèse (ou plusieurs) concernant le lymphoedème, un drainage du système lymphatique , et le cancer du sein. qui pourrait servir de point de départ pour une équipe de recherche pour concevoir une étude sur la question!

Vous pouvez également lire son histoire personnelle en tant que survivant du cancer. Les deux documents sont des documents Word (. Doc).

S'il vous plaît communiquer avec Kathleen moins.

Voir aussi
Pourquoi les femmes portent des soutiens-gorge
Ne Bras éviter un affaissement?
La taille des seins varie beaucoup
Maladie fibrokystique du sein maternel et la douleur
Bras et le cancer du sein

Message à la maison

Tout cela peut sembler farfelue ... votre médecin peut vous n'avez jamais entendu parler de lui, mais les preuves sont là. Prévenir le cancer du sein devrait être une question très importante pour nous tous. Réduire drastiquement la quantité de temps vos seins sont liés au soutien-gorge et être consciencieux de ne porter des soutiens-gorge bien ajusté sont des mesures faciles à prendre qui pourraient vous faire économiser une fortune en frais médicaux, et même votre vie!

«... Au cours de toute sa vie elle n'a jamais eu une visite avec son OB-GYN qui n'a pas abouti à lui en lui disant (après un examen) qu'elle a des seins kystique et qu'un examen plus approfondi est nécessaire. Sa dernière visite, à moins il ya un mois, a été la toute première fois que son médecin a dit que les choses étaient très bien avec ses seins. Elle n'a apporté aucune modification autre que de jeter son soutien-gorge. " Votre ordonnance 4 articles pour la santé l'interdiction du soutien-gorge, partie 3

«Néanmoins, j'ai essayé la suggestion des auteurs à essayer d'aller soutien-gorge libre et dans les deux jours les élancements dans mon sein gauche qui m'ont amenée à une mammographie de secours ont disparu."
De l'examen de Dressed to Kill sur Amazon.com.

Quelles raisons les femmes donnent pour porter des soutiens-gorge? Lire la suite ...

Sources et informations

Conseils Bra montage

Le Centre d'Etudes Auto - Chanteur et le site Web Grismaijer

Prévention et traitement de la maladie fibrokystique
Histoires de cas de femmes qui ont trouvé le soulagement de la maladie fibrokystique en allant soutien-gorge-libres.

Self Care pour vos seins Instructions avec des photos comment masser vos seins pour aider le flux lymphatique

Brasseries du cancer, la respiration et du sein
Comprend saillants de l'histoire des recherches sur le lien entre les soutiens-gorge et les maladies du sein, des références scientifiques, et des citations de médecins.

Faites des essais pour mesurer la force exercée par un soutien-gorge sur le système lymphatique par David Moth

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

L'étude britannique sur le soutien-gorge porte et les douleurs mammaires

En 2000, deux chirurgiens du sein a commencé une étude incluant 100 femmes à deux cliniques du sein (qui ont tous eu une douleur mammaire) et constaté que plus de la moitié des femmes préménopausées avec des douleurs trouvé un soulagement quand ils arrêter de porter des soutiens-gorge pendant trois mois. Pour certains, le soulagement de la douleur a été très dramatique, changer leurs vies. Quand ils ont repris gorge d'usure pour les trois derniers mois de l'étude, la douleur est revenue. Outre les données sur la douleur, les médecins ont aussi montré la vidéo thermographie séquences qui dramatiquement démontré l'accumulation de chaleur à partir gorge porte, et ils ont discuté des liens possibles avec les causes du cancer.

Ils ont également réalisé un film documentaire qui a été montré à la télévision nationale en Grande-Bretagne. Ce qui suit est un communiqué de presse de Channel 4 au Royaume-Uni (Angleterre), pour le documentaire sur le lien entre soutiens-gorge et les douleurs mammaires.

Sauf erreur de ma part, "lien possible" ne signifie par "lien démontré". Mais bon, ça c'est en français...

Et pour la n-ième fois, le sujet n'est pas les douleurs mammaires mais le cancer.

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Voici encore ci dessous quelques moments importants de l’histoire de la recherche sur les soutiens-gorge et les maladies mammaires.
J'ai du mal à comprendre comment vous pouvez vous en tenir au fait "qu'il s'agit d'une légende urbaine"
Un hoax veut dire canular et nous ne sommes pas ici dans le cas d'une fausse nouvelle, une farce ou une blague. Je vous demande à votre tour de m'informer d'un article médical qui serait en mesure de confirmer de façon irréfutable qu'il s'agit d'un canular.
Vous trouverez ci-dessous quelques références d'études qui feront peut-être appel à votre bon sens. En effet même si le lien n'est pas encore définitif, nous diront que les présomptions elles, sont plus qu'évidentes.

NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN Dans les années 1930, un article a été publié sur la relation entre l’utilisation des corsets et l’augmentation des cancers du sein.
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN 1978. Un médecin californien a publié un article dans une revue médicale établissant un lien entre la port du soutien-gorge et l’augmentation de la température des seins en suggérant que ce fait pourrait avoir un rapport avec le cancer du sein. Il avait étudié des centaines de femmes au cours de sa pratique médicale et avait observé que plus le soutien-gorge était fort, plus la température des seins était élevée et que les femmes qui ne portaient pas de soutien-gorge avaient des seins, quelle que soit leur taille, plus froids. (The Lancet, November 4, 1978, P. 1001 Dr. John M. Douglass, Department of Internal Medicine, S. Calif. Permanente Med. Center Los Angeles, California).
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN 1991. Des chercheurs de Harvard University publient un article dans une revue médicale sur le risque de cancer du sein. Incidemment, ils mentionnent dans leur article que les femmes dans leur étude qui ne portaient pas de soutiens-gorge avaient un taux de cancer du sein 60% inférieur à celles qui en portaient. (Hsieh, C.C. and D. Trichopoulos, D. Eur. J. Cancer 27:131-5, 1991 "Breast size, handedness and breast cancer risk")
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN 1991. Ces chercheurs japonais ont publié une étude sur les soutiens-gorge et l’affaissement des seins dans laquelle ils prouvent qu’en fait le soutien-gorge augmente l’affaissement des seins plutôt que le contraire. Cet effet n’était pas observable chez les femmes aux gros seins. Dans la partie consacrée à la discussion des résultats, ils comparent le port du soutien-gorge au bandage des pieds. ("Breast Form Changes Resulting From A Certain Brassiere" Journal of Hum. Ergol.(Tokyo) 1990 Jun; 19(1):53-62. Ashizawa K, Sugane A, Gunji T Institute of Human Living Sciences, Otsuma Women's University, Tokyo, Japan)
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN 1995. Sydney Singer et Soma Grismaijer l’Institute for the Study of Culturogenic Disease publièrent leur livre "Dressed to Kill: The Link Between Breast Cancer and Bras," (Avery Press) [Un vêtement qui tue : le lien entre le cancer du sein et les soutiens-gorge]. Leur étude incluait 4600 femmes dont la moitié avait eu un cancer du sein et l’autre pas. Ils trouvèrent que plus longtemps le soutien-gorge était porté par jour, plus le taux de cancers du sein était élevé et que les femmes qui ne portaient pas de soutiens-gorge avaient un taux de cancer du sein spectaculairement réduit. Singer et Grismaijer ont un site web: http://www.selfstudycenter.org/
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN 1995 jusqu’à présent. Beaucoup de femmes, préoccupées par le risque de cancer et/ou les douleurs mammaires, ont cessé de porter des soutiens-gorge et ont constaté que leurs douleurs et leurs kystes dus à la maladie mammaire fibrocystique ont spectaculairement diminué ou disparu. Plusieurs d’entre elles ont raconté leur histoire personnelle que l’on peut lire sur le site http://www.all-natural.com/fibrocys.html.
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN Mai 1999. Une étude marquante a été publiée dans la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet. Elle a montré que les femmes non-ménopausées ayant la maladie fibrocystique mammaire ont un risque près de 6 fois plus grande d’avoir un cancer du sein par après. Cette étude réfute fermement l’avis de certains médecins qui ont dit que kystes fibreux ne comportent pas de risque plus élevé de cancer. En tout, il y a plus de 30 articles médicaux et scientifiques montrant une relation entre les kystes fibreux et l’augmentation du risque de cancer. (Lancet 1999 May 22;353(9166):1742-5 "Risk of breast cancer in women with palpable breast cysts: a prospective study." Edinburgh Breast Group. Dixon JM, McDonald C, Elton RA, Miller WR Edinburgh Breast Unit, Western General Hospital, UK.")
2000. Deux chirurgiens du sein ont mené des essais cliniques dans deux cliniques mammaires en Angleterre et au Pays de Galles. Ils ont étudié 100 femmes pour voir si ne pas porter de soutien-gorge peut réduire les douleurs mammaires. Leur étude conclut que la majorité des femmes non ménopausées constatèrent une diminution de leurs douleurs après une période de trois mois sans soutien-gorge. Les femmes avaient reçu pour consigne de ne pas porter de soutien-gorge pendant trois mois et d’éventuellement porter une camisole ou autre sous-vêtement non-contraignant si elles désiraient une alternative au soutien-gorge. Pour comparer, elles devaient revenir au port du soutien-gorge pendant les trois mois suivants. Et, en guise de contrôle supplémentaire, un autre groupe de femmes firent exactement le contraire en portant le soutien-gorge pendant trois mois et puis en ne le portant pas pendant les trois mois suivants. Un documentaire d’une demi-heure fut tourné en rapport avec cette étude et fut diffusé dans tout le pays à la télévision en novembre 2000 par Channel 4 UK. Plusieurs de ces femmes étaient interviewées et décrivaient les améliorations qui changent la vie par rapport à la santé de leurs seins comme d’être capables de soulever leur enfant ou d’embrasser leur mari sans se faire mal. (Simon Cawthorne, M.D. surgeon at Frenchay Hospital, Bristol, England and Prof. Robert Mansel, M.D., Surgery Dept. Head, University of Wales Medical School, Cardif, Wales.) Les médecins interviewés dans le film expliquaient que les seins avec soutien-gorge sont plus chauds que sans soutien-gorge et que cela peut être en rapport avec le cancer du sein. Le Prof. Hugh Simpson expliquait sa recherche publiée antérieurement qui avait prouvé que les seins précancéreux et cancéreux sont dans les deux cas plus chauds que des seins normaux. Le documentaire montrait aussi des thermographies en vidéo prouvant que les soutiens-gorge provoquent des échauffements localisés du tissu mammaire.
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEIN2000. Un groupe de chercheurs japonais a publié une étude montrant que le port d’une ceinture et d’un soutien-gorge diminue le taux de mélatonine de 60%. (Chronobiol Int 2000 Nov;17(6):783-93 "The effects of skin pressure by clothing on circadian rhythms of core temperature and salivary melatonin." Lee YA, Hyun KJ, Tokura H, Department of Environmental Health, Nara Women's University, Japan.) La mélatonine est intimement liée aux cycles du sommeil et est utilisée pour prévenir le décalage horaire (« jet-lag »). De nombreuses études publiées suggèrent que la mélatonine a une activité anticancéreuse, qu’elle est un antioxydant qui peut prévenir une détérioration de l’ADN, est intimement impliquée dans le système immunitaire et peut se lier directement aux cellules T. Des chercheurs espagnols ont publié un article décrivant une utilisation possible de la mélatonine pour la prévention et le traitement du cancer du sein (Histol Histopathol 2000 Apr;15(2):637-47). Une recherche récente (J. Hansen, "Light at Night, Shiftwork, and Breast Cancer Risk" J Natl Cancer Inst 2001; 93: 1513-1515) que l’exposition de nuit à la lumière est associée à un taux accru de cancers du sein. Cette idée se base sur les recherches antérieures qui ont montré que la lumière pendant la nuit supprime la production de mélatonine.
NE PAS PORTER DE SOUTIEN-GORGE ET LE CANCER DU SEINDécembre 2000. Un médecin a publié ses observations relatives au mal à l’épaule chez des femmes aux gros seins. Dans cette étude de 5 ans suggère que les patientes enlèvent ce poids de leurs épaules pendant 2 semaines soit en ne portant pas de soutien-gorge, soit en en portant un sans bretelles. Seule une des femmes choisit un soutien-gorge sans bretelles et toutes les autres se sont promenées sans soutien-gorge. Citons l’article : « Le résultat à long terme a porté sur la présence ou l’absence de douleur et de sensibilité musculaire. Septante-neuf patientes décidèrent de se libérer de ce poids sur les épaules de façon permanente parce que cela les a débarrassées de leurs symptômes. » (Ryan, EL, Clin J Pain 2000 Dec;16(4):298-303, "Pectoral girdle myalgia in women: a 5-year study in a clinical setting.")

(D’après http://www.zhealthinfo.com/brasvscancer.htm)

Enfin, on y arrive. Comme je le disais plus haut (le 29/01/2012) "ce serait (bien) de fournir des liens vers des sources fiables faisant un lien entre LE CANCER DU SEIN ET LE SOUTIEN-GORGE et pas sur les joies du naturisme ou le bonheur de manger de l'herbe qui n'ont rien à voir avec le sujet du jour."

----

Votre lien :
http://www.zhealthinfo.com/brasvscancer.htm

La page d'accueil :
http://www.zhealthinfo.com/

Oh ! un site de médecine alternative qui vend des produits miracles qui soignent mieux que les médicaments.

----

Votre lien :
http://www.all-natural.com/fibrocys.html

Page d'accueil du site :
http://www.all-natural.com/index.html

Et hop, encore un.

Avec en plus une jolie page qui critique la chimiothérapie :
http://www.all-natural.com/reclaim.html#CANCER%20MISTREATMENT

----

Re votre lien :
http://www.selfstudycenter.org/

Le site de Sidney Ross Singer et son épouse Soma Grismaijer.

Personnellement je conseille cette page ou ces deux "grands scientifiques" se plaignent que leurs études n'ont jamais été reprises par les revues scientifiques à cause d'un grand complot (évidemment car leur étude est forcément irréprochable, elle...) ourdi par les grands laboratoires et leurs complices de l'industrie textile. Edifiant.

http://www.selfstudycenter.org/medicine.htm

----

Ce à quoi je rajouterais à la liste des grands comploteurs les associations anti-cancer (à la solde des grands laboratoires et des producteur de soutifs, comme chacun sait) qui, elles non plus, ne reprennent pas ces fameuses études "scientifiques"

http://www.ligue-cancer.net/# (aucune réponse avec "soutien gorge")
Il n'y a qu'un lien sur le forum ici : http://forum.ligue-cancer.net/feedbacks/87717-risque-plus-important-de-c...
"Croyez moi , si le port de soutien gorge favorisait le développement d'un cancer, depuis le temps que des millions de femmes en portes, on l'aurait constaté!! en fait, il n'y a pas de risque à en porter, mais bien sûr, ne portez pas de baleine qui vous blesserait de façon répétitive.."

http://www.arc-cancer.net/
Aucun résultat avec "soutien-gorge"
http://www.arc-cancer.net/Recherche.html?searchword=soutien-gorge&x=0&y=0

http://www.cancerdusein.org/
Ah ! Là il y a un résultat :
http://www.cancerdusein.org/component/search/?searchword=soutien-gorge&s...
Et dans le deuxième lien trouvé :
http://www.cancerdusein.org/le-cancer-du-sein/prevention-et-facteurs-de-...

"La pilule augmente-t-elle les risques ?

Il est désormais acquis que la pilule n'augmente pas globalement le risque de cancer du sein.

De même, les rumeurs qui lient le cancer du sein à la pratique des seins nus, à la réception d'un coup violent sur la poitrine ou au port du soutien-gorge à baleines sont de la pure fantaisie et ne reposent sur aucune démonstration scientifique.
Cependant si la pilule ne provoque pas en soi le cancer du sein, elle peut favoriser le développement d'un cancer. C'est pour cela qu'elle est contre-indiquée en cas de cancer du sein et en cas de risque important de cancer, par exemple chez les femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein."

Pour les gens qui auraient du mal à lire : "...ou au port du soutien-gorge à baleines sont de la pure fantaisie et ne reposent sur aucune démonstration scientifique."

Et j'adore la petite phrase : "Je vous demande à votre tour de m'informer d'un article médical qui serait en mesure de confirmer de façon irréfutable qu'il s'agit d'un canular." En clair, j'affirme des trucs sans aucune preuve mais c'est à vous de démontrer que j'ai tort. Ben tien. Le problème, c'est que la science fonctionne en sens inverse : il faut prouver qu'on a raison.
Votre phrase prouve que vous n'y connaissez pas grand chose en science et que votre discours relève de la croyance qui, elle, se passe de démonstration.

CONCLUSION :

Aucune étude scientifique digne de ce nom n'a jamais prouvé le moindre lien entre le cancer du sein et le port du soutien-gorge (ni le contraire) pour la bonne et simple raison qu'aucune étude sérieuse n'a jamais été faite sur se sujet.

Donc, le diaporama proposé sur vero n'est rien d'autre qu'une juxtaposition de pseudo vérités scientifiques abondamment reprises (comme le prouve Yves et Fernanda avec les liens fournis) par les tenants des "médecines naturelles" (tendance comment soigner un cancer avec des bains de siège) et des sites vantant les mérites de la vie les fesses à l'air (qui justifient leur discours avec un argutie "médicale" : http://camping-mobil-home.com/vacances-2/vacances-nudistes/ ).

En clair, non, il n'est pas établi de manière scientifique que le non port du soutien-gorge vous mettra à l'abri d'un éventuel cancer. Après, que les femmes veuillent laisser au rancard leur soutien-gorge, ne serait-ce que pour améliorer le maintient naturel (comme semble le démontrer les études du docteur Rouillon en attente de publication dans des revus scientifiques à comité de lecture, ELLES...), est un autre sujet qui ne regarde qu'elles MAIS ça ne doit pas être basé sur un discours pseudo-scientifque (ou, inversement, les allégations commerciales des fabriquant de lingerie).

bonjour,
quelle lecture fastidieuse et pour le moins barbante mais bon...

Je me permet, cher Yves et Fernanda, de vous interpeller sur quelques notions scientifiques que je connais pour avoir moi-même effectué de la recherche (certes modestes mais les protocoles sont les mêmes)

Le gros biais de vos analyse est que vous mettez bout à bout des études portant sur le sein et le soutient-gorge, mais pas ensemble, pour nous affirmer que le port du soutient-gorge serait un facteur important dans l'apparition cancer du sein. Le réel soucis est que ces études ne portent pas sur le cancer du sein et le soutient gorge simultanément. Vous détournez leurs conclusions pour servir votre propos. Or une étude scientifique (et encore plus sa conclusion) n'est valable QUE dans le cadre de son protocole expérimentale.

Vous utilisez des études démontrant que le port du soutient gorge provoque des douleurs (pour synthétiser). Certes mais ces études n'ont AUCUN rapport avec le cancer. Elles ne font que lier port du soutient-gorge et douleur dans la poitrine ou les épaules, pas plus.

Vous évoquez une étude liant Kyste et cancer. L'étude est crédible et le lien admissible, mais où est-il question de soutient-gorge dans cette étude ? Jamais. Je pense que vous associez cette étude avec celle qui annone qu'un soutient gorge trop serré favoriserais l'apparition de kyste. Le problème est que vous retombez sur l'étude de Singer dont la crédibilité est sujet à de grosses réserves. Si il ne sont jamais publiés dans des revues à comité de lecture c'est pas un hasard. C'est que leur étude est très certainement bancale.

Vous citez une autre étude démontrant que le port du soutient-gorge favoriserai l'affaissement du sein. Où est le rapport avec le cancer. Je cherche encore...

Bref, la plupart des études que vous nous présentez n'ont :
- soit pas de rapport avec le cancer, mais parle de soutient-gorge
- soit pas de rapport avec le port du soutient gorge, mais peuvent être rapprochées du cancer

La seule que vous citez qui ai un rapport avec les deux sujet simultanément est celle-ci, " Breast size, handedness and breast cancer risk." Hsieh CC, Trichopoulos D." et encore le sujet central est la relation entre taille du sein et cancer pas le port du soutient-gorges

Vous en détournez les conclusions à votre avantage en omettant sciemment une partie de la conclusion. Certes il est y mentionné que les femmes ménauposé ne portant pas de soutient gorge ont un risque diminué de 50 % de ce déclarer un cancer du sein MAIS "probablement parce qu'elles sont plus minces et susceptibles d'avoir des seins plus petits." phrase entre guillemet que vous oubliez de citer. D'ailleurs l'auteur de l'étude poursuit par "Parmi les utilisateurs de soutien-gorge, la grande taille du bonnet a été associée à un risque accru de cancer du sein (P à propos de 0,026), bien que l'association n'a été trouvée que chez les femmes ménopausées et sont explicable, en partie, par l'obésité.
D'ailleurs la VRAIE conclusion de l'étude est la suivante :
"Ces données suggèrent que la taille de bonnet (et la taille des glandes mammaires par extension) peut être un facteur de risque de cancer du sein." Ce qui signifie que plus le sein est gros plus le risque de cancer est important. JAMAIS l’étude conclue à un lien entre port du soutient-gorge et cancer.

Bref, vous utilisez des études parfois sérieuses, parfois moins, pour en détourner les conclusions pour servir vos propos. Votre discours, qui en surface peut paraître scientifiquement correct, se retrouve dans le fond totalement erroné (voir malhonnête si cela est fait sciemment). C'est n'est pas les études que nous remettons en cause (enfin pas toutes) c'est l'utilisation frauduleuse que vous en faites.

Cordialement,
Le brox

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Le Brox bonjour
Merci pour votre intervention davantage construite que celles lues précédemment (Birdy) qui ne fait que dénigrer un point de vue différent du sien en parlant de naturisme et de végétarien comme si ces catégories de gens n'étaient que des sous produits de notre société bien inférieur au monde scientifique et bien pensant reconnu, qui cherche d'ailleurs toujours l'origine de cette maladie ! Il y a donc chez les êtres humains les scientifiques en haut de l'échelle, et tous les autres en dessous qui n'ont pas le droit de raisonner et de mettre en relation des éléments qui pourraient constituer un puzzle.
En ce qui concerne l'étude " Breast size, handedness and breast cancer risk." loin de moi l'idée d'occulter les conclusions car j'en avais fait référence dans un commentaire précédent. En effet je trouvais curieux qu'une étude qui trouve autant de différence de risque de cancer entre une femme avec et sans soutien gorge (un risque diminué de 50 % tout de même), conclue de façon hypothétique à la taille des seins: "probablement parce qu'elles sont plus minces et susceptibles d'avoir des seins plus petits." C'est donc pour ça qu'elle ne porte pas de soutien gorge selon les chercheurs et on est dans le "probable" et le "susceptible". Donc aucune affirmation médicale ni pour confirmer ni pour infirmer la théorie de Singer. Je reste objectif volontairement, je ne voudrai surtout pas fausser un quelconque jugement, mais le résultat de départ n'a pas été relevé dans ce qu'il avait de plus simple: présence ou absence d'un accessoire sur le corps humain qui lui n'a rien de naturel.
Alors évidemment vous me reprocher de mettre bout à bout diverses études qui concluent à des effets néfastes sur la santé, parce que selon vous ces études sont différentes et n'ont pas le même but. Je suis bien d'accord avec vous, je ne le nie pas depuis le début, mais si on rapproche tous ces éléments qui selon les protocoles de recherches sont bien précis, on en vient à se poser des questions. Et lorsqu'une étude comme celle de Singer arrive là dessus, même si il est évident que les protocoles stricts n'ont pas été respectés et qu'elle est sur ce point de vue discutable, elle est reçu par de nombreuses personnes du monde scientifique comme possible. Une autre étude Japonaise (J Physiol Anthropologie Appl homme Sci 2002 Jan; 21 (1):. 67-74) conclue à un impact négatif significatif sur l'activité du SNA et que ce type de vêtement compromet la santé des femmes. Vous me répondrez alors à juste titre j'en conviens aucune étude médicale n'a encore confirmé le lien entre le cancer et le soutien gorge, mais aucune ne l'a infirmé. Le discours médical serait-il à ce point enfermé dans des protocoles pour ne pas mettre en relation ce qui est déjà connu ? Et peut on reprocher à certains de le faire sous prétexte que ce n'a pas été "publié" ! On pourrait se rapprocher du discours médical sur les effets néfastes des ondes électromagnétiques sur la santé mais comme aucune étude "officielle" n'existe sur les téléphones portables et la santé, le téléphone portable n'est donc aucunement dangereux.
Je ne fais pas donc pas d'utilisation frauduleuse des études existantes, je les rapproche comme ferait tout être humain normalement constitué. En cherchant sur le net vous trouverez d'autres discours équivalents, parfois de biologistes, de chercheurs, de médecins...
Le but est peut-être sauver des vies, est ce une attitude condamnable à ce point ?

"(Birdy) qui ne fait que dénigrer un point de vue différent du sien "

Et différent de celui des associations anti-cancer, des chercheurs qui consacrent leur vie à lutter contre cette saloperie, etc...

Mea culpa. J'ai pêché en mettant en doute votre divine parole et je brûlerai en enfer pour ce crime.

Que le grand manitou céleste fasse prospérer les affaires de ce bon monsieur Singer comme il a eu la bonté de faire prospérer celles du bon monsieur Von Daniken (Erich pour les intimes). Et surtout qu'il fasse que les filles posent leurs soutifs pour qu'on puisse mater du nichon... :-)

Birdy, j'ai été obligé de chercher ta référence (c'est pas drole) :

"Erich von Däniken (1935 à Zofingue, Suisse - ) est un écrivain connu pour ses travaux en ufologie.
Il se passionne très tôt pour les écritures anciennes et sacrées, ainsi que les énigmes archéologiques non résolues. C'est en amateur qu'il rédige son premier roman d'anticipation Souvenirs du futur (Erinnerungen an die Zukunft) (1968).

Sa théorie est que des « extraterrestres » influencent l'humanité depuis la préhistoire (Théorie des Anciens Astronautes). Pour lui, les récits faisant état de contacts entre les hommes et les dieux sont en fait liés à d'anciens contacts entre nos ancêtres et des émissaires extraterrestres venus leur apprendre les rudiments de la civilisation. Il est ainsi un des fondateurs de l'astroarchéologie, mais il doit beaucoup à Robert Charroux, qui avait fait paraître en 1963 son Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans. Sa théorie suppose qu'il existe d'autres voies que celles unanimement acceptées par le monde scientifique et historique.

Il a créé à Interlaken un parc d'attraction, le Mystery Park, pour illustrer ses théories."

Merci wikipedia

Yves et Fernanda
Portrait de Anonyme

Birdy, rassurez vous, je n'ai pas la prétention d'avoir la divine parole. Je voudrais juste que notre discussion entre nous soit plus courtoise, que l'on puisse respecter le point de vue de l'autre sans pour autant aller jusqu'à des dénigrements sans fondements. J'ai bien compris que votre point de vue ne passait que par des publications scientifiques, et d'une certaine façon cela donne à votre mode de pensée quelque chose de rationnel. On ne peut pas vous condamner pour ça. Je comprends donc que l'étude de Singer vous révolte si pour vous elle n'est pas publiée dans une revue scientifique. Néanmoins je peux vous faire part du point de vue de Carolyn Gotay, Ph.D.
Professeur Canadienne du cancer président de la société en matière de prévention du cancer primaire École de la population et la santé publique Faculté de médecine Université de la Colombie-Britannique: Pour résumer, des études scientifiques bien conçues au sujet du soutien gorge n'ont pas été rapportées vu la difficulté de tous les contrôles ainsi que les facteurs confondants (taille des seins, imc...), une très longue période d'observation, etc... Elle suggère de rapprocher cette question auprès d'études existantes chez les épidémiologistes, soit pour confirmer ou infirmer cette théorie. Elle dit également respecter les idées nouvelles puisque elle même en cherche et que les femmes ont besoin d'être au courant pour contribuer à sauver leur vie. Elle précise que si elles veulent faire d'autres choses qui n'ont pas de fondement scientifique, elles le peuvent mais il ne faut pas que cela puisse blesser.
Voilà donc le point de vue d'une cancérologue (vous pouvez la contacter pour confirmation, mais en anglais). Je respecte grandement le travail de toutes ces personnes qui œuvrent pour sauver des vies, je suis certainement bien placé pour le savoir...
Ainsi je ne pense pas que nous soyons dans le domaine du canular.
Bien cordialement

Bonjour,

Le problème n'est pas le fait que vous émettiez cette hypothèse. Vous en avez parfaitement le droit (encore heureux). Ce que je n'accepte pas ce que vous transformiez ce qui n'est qu'une hypothèse en vérité. Nous ne somme pas là pour discuter du bien fondé de votre hypothèse mais d'un pps que vous mettez en ligne
Or le pps dont il est question (recentrons le sujet tout de même) est en mode affirmatif. Vous y affirmer ouvertement que le soutien-gorge est responsable du cancer du sein. Je n'y est pas vu la trace d'une hypothèse ou de conditionnel (ou alors c'est bien caché).
Pourtant le discours que vous tenez ici semble en contradiction avec cette présentation. Vous êtes, semble-t-il, conscient que ceci n'est qu'une hypothèse invérifié (est-elle seulement vérifiable pour le moment ) et vous mettez en ligne un pps présentant cette hypothèse comme un fait établi. Pour moi, la malhonnêteté se situe là, et en ça votre pps est un hoax. Rien ne permet aujourhd'hui d'affirmer ce que dit ce pps. On peut emmettre des hypothèse, point.

Quand au point de vu de votre cancérologue, il résume ni plus ni moins ce que je vient de dire. Le cancer du sein est un cancer multifactoriel et le port du soutient gorges n'est certainement un cause unique d'apparition de ce cancer. D'ailleur l'etude de singer que j'ai pu parcourir est un non sens scientifique. La composition des échantillons n'est pas expliqué (ce qui est primordial dans une étude) et les données brutes sont exploitées d'une façons fort étrange.

Bon je n'ai pas le temps d'aller plus loin dans ma refflexion mais je persite sur le fait que le pps présenté est un hoax dans sa forme actuelle vu qu'il présente une hypothèse comme une vérité que rien ne permet de confirmer (ou d'infirmer).

Le brox
n@vo

Ouh là, tu vas avoir des problèmes toi... As tu conscience que tu dis ce que je disais en conclusion le 05/02 et qui m'a valu le foudres d'Yves ?

Cette discussion commence clairement à tourner en rond, les deux parties en présence se contentant plus ou moins de répéter la même chose et donc de camper sur leurs positions.

Il y a par ailleurs assez eu d'arguments avancés de part et d'autre pour qu'une personne sensée (ou illuminée, d'ailleurs) puisse se faire sa propre opinion.

Je clos donc cette discussion, en rappelant brièvement les points indiscutables qu'elle a permis de dégager :

1) tous les organismes officiels démentent un quelconque lien entre port du soutien-gorge et cancer, en s'appuyant sur le point 2 ;

2) aucune étude scientifique sérieuse n'a monté de lien entre port du soutien-gorge et cancer ;

3) en revanche, beaucoup d'études scientifiques pointent un lien entre grosseur des seins et risque de cancer ;

4) les études de Jean-Denis Rouillon tendent à montrer que la femme sportive aurait intérêt, pour la fermeté de sa poitrine (et pas pour le risque de cancer), à pratiquer sans soutien-gorge ;

5) Jean-Denis Rouillon lui-même met en garde contre la généralisation abusive de son étude à la vie de tous les jours, même s'il s'interroge sur la nécessité de commencer à faire porter un soutien-gorge aux jeunes filles (l'arrêt du port du soutien-gorge étant lui beaucoup plus problématique) ;

6) enfin, et pour toutes ces raisons, Jean-Denis Rouillon m'a explicitement écrit qu'il ne cautionnait pas la diffusion de ce diaporama.

Sujet verrouillé